•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les familles, invitées à laisser de côté leurs écrans le 23 mai

L’objectif : aider les parents comme les enfants à développer l’habitude de passer plus de temps hors ligne pour prendre soin de soi.

Un jeune enfant regarde vers l'appareil photo. On voit une télévision allumée en arrière-plan.

La campagne Pause, de Capsana, souhaite encourager les familles à la déconnexion le temps d'une journée.

Photo : iStock

Radio-Canada

Fermer tous les ordinateurs, consoles de jeux vidéo, téléviseurs, tablettes et téléphones intelligents à la maison pendant 24 heures : en ces temps d’hyperconnectivité, c’est le défi que lance la campagne Pause aux familles le 23 mai prochain.

Après avoir incité les jeunes adultes à se déconnecter pendant toute une journée le 22 novembre dernier, Pause revient à la charge en sollicitant cette fois-ci les familles.

Selon un sondage Léger mené auprès de 500 parents en 2021, plus de 3 parents sur 4 souhaitent diminuer le temps passé en ligne, soit une augmentation de 11 % par rapport à l’année précédente, alors que le Québec traversait la première vague de COVID-19.

Les données révèlent également que 86 % des parents estiment que l’utilisation d’Internet et des écrans nuit à la santé physique de leurs enfants, et 74 % sont d’avis que les activités en ligne nuisent à leur santé mentale, peut-on lire dans un communiqué.

La campagne Pause s’est inspirée de ces résultats pour décréter le dimanche 23 mai journée sans écrans pour les loisirs, histoire de ralentir la cadence et passer des moments de qualité en famille.

Des bienfaits indéniables

Selon Julie Mayer, coordonnatrice du volet familial de la campagne Pause, se mettre hors ligne pendant plusieurs heures engendre de nombreux bienfaits, à commencer par la réduction du niveau de stress.

[On devient] plus attentifs aux autres et à ce qui se passe autour de soi, mentionne-t-elle.

Le défi doit également permettre de prendre conscience de la place qu’occupent Internet et les écrans dans nos vies, selon la coordonnatrice.

Le 24 h est aussi une invitation à se reconnecter ensuite de façon plus consciente – plutôt que par réflexe – et en misant sur des activités de qualité en ligne qui nous font du bien.

Une citation de :Julie Mayer

C’est le troisième défi 24 heures qu’organise Capsana, une organisation sociale affiliée à l’Institut de cardiologie de Montréal et dont la mission est d'aider les gens à devenir les acteurs de leur propre santé.

La campagne ne laisse pas les familles se débrouiller seule : elles sont invitées à s’inscrire au défi sur le site web (Nouvelle fenêtre) de Pause, où elles pourront notamment trouver des idées d’activités et des encouragements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !