•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'oléoduc Colonial aux prises avec une panne de communication

Une vue aérienne d'un réservoir de carburant portant le logo de la compagnie Colonial.

L'oléoduc Colonial avait été victime d'une attaque informatique la semaine dernière, créant des pénuries d'essence un peu partout sur la côte est des États-Unis.

Photo : Getty Images / Drew Angerer

Radio-Canada

Le pipeline Colonial, qui sillonne les États-Unis du Texas à New York, éprouve à nouveau des problèmes, un peu plus d'une semaine après avoir été victime d'une attaque informatique. Le système de communication qui permet de planifier l'expédition et la réception de carburant est en panne, a indiqué la compagnie mardi.

Une représentante de l'entreprise Colonial, Amy Brown Conway, a assuré par communiqué que la nouvelle panne n'a pas été causée par une attaque informatique.

Le pétrole continue d'affluer dans les tuyaux de Colonial pour le moment et les commandes passées avant la panne pourront être livrées, a-t-elle affirmé.

Selon des sources de l'agence Reuters, les clients de l'entreprise n'arrivent pas à utiliser le système Transport 4, qui permet de planifier, d'expédier et de recevoir des commandes de carburant.

L'oléoduc achemine quotidiennement environ 2,5 millions de barils de pétrole et de diesel à travers le territoire américain. D'une longueur de 8800 km, il s'agit du plus long pipeline de produits raffinés aux États-Unis.

Colonial avait été la cible d'une attaque au rançongiciel le 10 mai dernier, qui avait paralysé l'entièreté de ses activités pendant deux jours. La compagnie a annoncé samedi le retour à la normale de ses opérations.

L'épisode avait créé une certaine panique chez les automobilistes américains. Des milliers d'entre eux avaient pris d'assaut les stations-service, causant des pénuries comme celles qu'ils appréhendaient, de même qu'une flambée des prix un peu partout sur la côte est.

Selon les données du site GasBuddy, les réservoirs de 10 600 stations-service à travers le pays sont toujours à sec. La semaine dernière, ce chiffre avoisinait même 16 000.

Avec les informations de Bloomberg, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !