•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CHEO pourrait se tourner vers les hôpitaux pour adultes dans des cas de santé mentale

Le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (archives).

Le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Accablé par l'augmentation soudaine et spectaculaire du nombre de jeunes ayant besoin de soins de santé mentale, le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) pourrait bientôt se tourner vers d’autres hôpitaux pour alléger son fardeau.

La possibilité d'envoyer des patients adolescents plus âgés dans des hôpitaux pour adultes est apparue au cours d'une discussion lors d'une table ronde des hôpitaux régionaux au début du mois. C'est la première fois que le CHEO doit envisager une telle mesure.

Je travaille dans le domaine de la santé mentale depuis plus de 30 ans et je n'ai jamais vu [de demande] comme celle-ci, a déclaré Joanne Lowe, vice-présidente de la santé mentale et des dépendances au CHEO.

Portrait de la femme sur arrière-fond blanc.

Joanne Lowe est vice-présidente de la santé mentale et des dépendances au CHEO.

Photo : Gracieuseté : Anne Girard

C'est la prochaine pandémie, et les besoins seront encore présents lorsque cette pandémie [COVID-19] se terminera.

Une citation de :Joanne Lowe, vice-présidente de la santé mentale et des dépendances, CHEO

Selon le CHEO, 50 % de tous les patients qui ont visité son service d'urgence au cours des quatre derniers mois ont obtenu un traitement pour une forme quelconque de problème de santé mentale.

Mme Lowe a déclaré que les cliniciens voient plus de cas de dépression, d'anxiété, de surdoses de drogue et de pensées suicidaires, mais c'est une augmentation des troubles de l'alimentation qui occupe la majorité des ressources de l'unité de santé mentale du CHEO.

Augmentation des troubles de l'alimentation

Le CHEO dispose de 25 lits pour patients hospitalisés en santé mentale, dont 9 sont réservés au traitement des patients qui refusent de manger ou qui purgent leur nourriture. Récemment, les cliniciens ont vu le nombre de patients souffrant de troubles de l'alimentation plus que tripler.

Nous accueillons de 18 à 22 enfants à l'hôpital en même temps avec des troubles de l'alimentation, et rappelez-vous que nous n'avons que neuf lits, a déclaré Joanne Lowe.

Elle a indiqué que le SickKids à Toronto et le McMaster Children's Hospital à Hamilton constatent des augmentations similaires chez les patients souffrant de troubles de l'alimentation.

Mme Lowe a déclaré qu'une fois que les lits de santé mentale du CHEO sont pleins, il y a huit places pour les jeunes au Centre de santé mentale Royal Ottawa qui peuvent être utilisées. Si ceux-ci se remplissent, en vertu d'une nouvelle politique de transfert, les adolescents plus âgés peuvent être admis dans les unités de santé mentale des hôpitaux Montfort, Queensway Carleton ou d'Ottawa.

L'Hôpital d’Ottawa est prêt à aider

Le Dr Jess Fiedorowicz, chef du département de santé mentale de l'Hôpital d'Ottawa, a déclaré que son unité aiderait à traiter les adolescents de 17 ans si elle en avait la capacité.

L'unité de santé mentale de l'Hôpital d'Ottawa fait face à une pénurie de médecins et d'infirmières, car certains membres du personnel ont été transférés pour aider aux soins de la COVID-19, tandis que d'autres souffrent d'épuisement professionnel.

L'hôpital a dû fermer 12 de ses 95 lits psychiatriques.

Nous sommes tous aux prises avec des chiffres élevés, mais le CHEO fait face à une augmentation de 150 %, a déclaré le Dr Fiedorowicz. « Ils remplissent leurs lits de soins de généraux avec des patients en santé mentale; donc, si nous avons des lits disponibles, nous sommes prêts à aider le CHEO. »

Il existe cependant une différence significative dans les soins entre le CHEO et les hôpitaux pour adultes : au CHEO, les parents sont considérés comme des soignants et peuvent rester avec les patients, à condition qu'ils subissent un dépistage de la COVID-19. Pendant la pandémie, les autres hôpitaux d'Ottawa ont imposé des limites beaucoup plus strictes aux visiteurs.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !