•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’état des routes à Port-au-Port est « extrêmement dangereux », selon un résident

La glissière s'affaissent vers la mer, ses pieux sortent de terre.

Cette glissière de sécurité dans la péninsule de Port-au-Port tombe en ruine.

Photo : CBC

Radio-Canada

Des résidents de la péninsule de Port-au-Port à Terre-Neuve-et-Labrador s'inquiètent de l'état des routes et souhaitent des travaux de réparation majeurs.

Une route qui borde la mer est particulièrement en mauvais état. La glissière de sécurité s'affaisse et des pieux qui la soutenaient ne tiennent plus.

Jeff Young, un résident de Kippens, emprunte cette route quotidiennement et il est inquiet.

C'est extrêmement dangereux si les gens ne connaissent pas la route. Les autobus, il y en a plusieurs qui passent là par journée. Si la route commence à tomber, ça pourrait être fatal, affirme Jeff Young.

La glissière menace de tomber de la falaise.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs pieux sont brisés ou ne soutiennent plus la glissière de sécurité.

Photo : CBC

Un peu plus d'une vingtaine de kilomètres plus loin, les automobilistes zigzaguent pour éviter les nids-de-poule sur un pont.

Des réparations ont été faites. Mais ils ont fait ça pendant l'élection et ç’a duré un mois, déplore M. Young. Il souhaite que le pont soit remplacé.

Le ministre des Transports et de l'Infrastructure, Elvis Loveless, assure que le pont sera remplacé en 2022.

Selon Jeff Young, un rapport datant de 2018 recommandait le remplacement du pont dans un délai d'un an.

En 2019, le fédéral a annoncé des fonds pour remplacer le pont. On est maintenant en 2021 et ils n'ont pas même fait un contrat pour remplacer le pont, dit-il.

Deux véhicules circulent sur le petit pont qui enjambe un cours d'eau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce pont criblé de nids-de-poule dans la péninsule de Port-au-Port doit être remplacé en 2022.

Photo : CBC

M. Young craint que les réparations soient faites au moindre coût et de façon temporaire à cause de la mauvaise situation financière de la province.

La province est celle qui compte le plus de routes au pays par 1000 habitants, selon le rapport du comité indépendant sur la restructuration des finances, déposé plus tôt ce mois-ci.

Terre-Neuve-et-Labrador consacre plus de 200 millions de dollars par année à des travaux de réfection des routes.

Le ministre Loveless précise que la réparation d'un kilomètre de route coûte environ 300 000 $.

La province est composée en majorité de communautés rurales et il ne veut pas que les gens quittent ces régions. Elvis Loveless explique que son ministère établira un ordre de priorité pour les routes qui doivent être réparées.

D’après un reportage de Josée Basque

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !