•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La qualité de l’eau maintenue dans les rivières de Sherbrooke en 2020

la rivière Saint-François avec, à gauche, la place Nikitotek

La rivière Saint-François au centre-ville de Sherbrooke. (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

La qualité de l’eau des rivières Magog et Saint-François s’est maintenue dans la dernière année, a montré le Bureau de l’environnement de Sherbrooke lors d’un comité plénier public, lundi après-midi.

C’est quand même comparable aux années passées, a indiqué Chantal Pelchat, chargée de projets en environnement pour la Ville de Sherbrooke.

La qualité de l’eau de la rivière Magog reste ainsi de satisfaisante à bonne, alors que celle de la rivière Saint-François est de douteuse à satisfaisante selon les stations d’échantillonnage où l’eau a été analysée.

Une trentaine de raccordements illicites réparés

Lundi, le chef de division pour la gestion des eaux et de la construction à la Ville de Sherbrooke, Jean-Pierre Fortier, a aussi présenté les résultats du rapport de 2020 sur les raccordements illicites.

Les raccordements d’égouts illicites génèrent des eaux contaminées qui sont déversées dans le réseau pluvial et se dirigent vers les ruisseaux ou les rivières au lieu d’être traitées par les stations d’épuration. Par exemple, le contenu d'une toilette mal installée et raccordée au mauvais tuyau pourrait finir dans le réseau pluvial au lieu du réseau sanitaire.

Ces raccordements contribuent à la pollution des cours d’eau, et une équipe de la Ville est chargée de les trouver et de les corriger.

En 2020, 303 de ces enquêtes ont été réalisées et ont permis de trouver 31 cas de raccordements illicites. Vingt-sept d’entre eux ont été réparés en 2020, et le reste sera corrigé cette année, souligne Jean-Pierre Fortier.

Ces enquêtes ont notamment permis de trouver qu’une conduite d’égout sanitaire fuyait à plusieurs endroits près du pont Jacques-Cartier. Cette conduite a été réparée en octobre dernier, et devrait permettre d'améliorer la qualité de l’eau de la rivière Magog cet été.

L’équipe d’enquête a aussi découvert que la contamination observée dans le ruisseau Ottawa est issue d’anciens dépôts miniers localisés près de l’école du Phare. Le dossier a été transféré au ministère de l’Environnement du Québec.

L’apparition d’une couleur verte avait été détectée il y a quelques années. C’était un mystère qui n’avait pas été élucidé encore, maintenant il a été élucidé. Ce sont des conduites d’une école du secteur [...] qui n’étaient pas tellement étanches, et il s’avère que ces conduites-là sont dans une ancienne mine. Ce sont des résidus miniers qui viennent colorer cette eau-là qui se retrouvait dans le ruisseau Ottawa, explique Jean-Pierre Fortier.

La plage Lucien-Blanchard fermée 17 jours en 2020

La Ville indique d’ailleurs que l'amélioration de la qualité de l’eau de la plage Lucien-Blanchard, qui a obtenu une cote moyenne de B en 2020, pourrait être attribuée à ces recherches de raccordements illicites.

En 2019, la plage avait obtenu une cote moyenne de « C ». Malgré cette amélioration, elle a tout de même dû être fermée 17 fois pendant l’été 2020.

C’est sûr que sur 17, 13 jours étaient des fermetures préventives en raison de fortes pluies, indique Nathalie Perron, agente de projets au Bureau de l’environnement.

Ce nombre élevé de fermetures demande toutefois de trouver des solutions de rechange, croit le conseiller Paul Gingues.

La plage Lucien-Blanchard se trouvait fermée en moyenne 25 % des 68 jours que représentent en principe la saison d’ouverture des plages. Or le parc Lucien-Blanchard est de loin le parc le plus fréquenté à Sherbrooke par les familles qui viennent de partout à travers la Ville.

Il souligne que ces familles n'ont souvent pas d’autre endroit pour se rafraîchir.

Devant l’importance et la place prépondérante que prend la place de ce parc unique à Sherbrooke, pour toutes ces familles sherbrookoises, il me semble que l’installation de jeux d’eau devrait être considérée en priorité.

Une citation de :Paul Gingues, conseiller municipal.

L’eau du parc de la Plage-Municipale, de son côté, a maintenu une cote de B pendant l’été 2020. La plage a dû être fermée pendant trois jours durant la saison.

Un nouveau plan d’action intermédiaire pour la protection de l’eau

Lundi, le conseil municipal de la Ville de Sherbrooke a également adopté un plan d’action intermédiaire pour la préservation des rivières Magog et Saint-François.

Ce plan d’action permettra au Bureau de l’environnement de poursuivre ses activités de sensibilisation et d'amélioration de la qualité de l’eau en attendant l’adoption de son Plan nature, qui doit sortir dans 14 mois, en été 2022.

Le plan intermédiaire inclut notamment de protéger les écosystèmes et de remettre les rives à leur état naturel, de contrôler l’érosion, et de responsabiliser les citoyens quant à la protection de leurs cours d’eau.

En conseil municipal, la conseillère Évelyne Beaudin a voté en faveur du nouveau plan, mais a déploré qu’il ne soit pas plus ambitieux. Il y a beaucoup de "continuer à faire", ou "poursuivre le travail de...". J’ai l’impression que souvent, dans nos plans d’action, on utilise ce genre de vocabulaire qui, finalement, n’est pas très engageant pour en faire plus et faire mieux. Je nous invite à être plus ambitieux, car en matière de protection environnementale, le public a des attentes très élevées.

Karine Godbout, présidente du comité de l’environnement et conseillère, a cependant soutenu que le plan intermédiaire était un plan « de transition ».

Tout n’est pas parfait en ce moment, on est en transition, les attentes sont grandes. [...] On est en train de regarder ce qu’on fait, de réviser et de resserrer nos façons de faire pour avoir un regard plus juste et plus cohérent. Tout ça ne se fait pas en claquant des doigts, mais je pense qu’on a là une vision collective, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !