•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kirghizistan : le Parlement soutient la saisie d'une mine d'or canadienne

La justice kirghize réclame 3,7 milliards de dollars canadiens d'amende à Centerra Gold, accusé d'avoir déversé des déchets miniers sur des glaciers.

La mine de Koumtor est entourée de montagnes enneigées.

Le Kirghizistan a régulièrement accusé Centerra Gold de malhonnêteté dans la gestion de la mine de Koumtor.

Photo : Reuters / Vladimir Pirogov

Agence France-Presse

Le Parlement kirghiz a soutenu lundi une proposition visant à prendre le contrôle de la plus grande mine d'or du pays, exploitée par la société canadienne Centerra Gold en conflit avec cet État pauvre d'Asie centrale.

Lors d'un vote public, les députés ont approuvé à l'unanimité la proposition d'une commission d'enquête demandant que les autorités kirghizes gèrent temporairement la mine pendant une période pouvant aller jusqu'à trois mois.

Cette proposition doit désormais être étudiée par le gouvernement.

En tant que partenaire d'investissement important de la République kirghize, le Canada est vivement préoccupé par les développements en cours dans le secteur minier, a immédiatement dit Ottawa.

Le ministre canadien des Affaires étrangères Marc Garneau et celle du Commerce international, Mary Ng, se disent notamment déçus des déclarations formulées pendant la séance parlementaire selon lesquelles le Kirghizistan cherchera à prendre le contrôle d'une société canadienne cotée en bourse qui possède de nombreux actifs internationaux.

Cette décision pourrait avoir de graves conséquences sur l'investissement direct étranger en République kirghize, ajoutent les ministres dans un communiqué commun.

Marc Garneau est ministre des Affaires étrangères du Canada.

Marc Garneau est ministre des Affaires étrangères du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le Kirghizistan a régulièrement accusé Centerra Gold de malhonnêteté dans la gestion de la mine de Koumtor, détenue à plus d'un quart par l'État kirghiz et vitale pour l'économie du pays.

En 2020, cette exploitation, qui emploie 4000 personnes, représentait environ 12,5 % du PIB kirghiz, selon Centerra Gold, coté à la Bourse de Toronto.

Des amendes exigées

Le conflit s'est intensifié ces dernières semaines et le président kirghiz, Sadyr Japarov, a signé vendredi une loi permettant de saisir la mine.

La justice kirghize réclame 3,7 milliards de dollars canadiens d'amende à Centerra Gold, accusé d'avoir déversé des déchets miniers sur des glaciers. L'entreprise est par ailleurs soupçonnée d'irrégularités fiscales estimées à près de 1,5 milliard de dollars canadiens.

La société canadienne a qualifié ces accusations d'illégales et d'injustifiées et a annoncé dimanche avoir demandé un arbitrage international pour faire appliquer ses droits sur la base d'accords conclus par le passé avec Bichkek.

Centerra Gold a aussi dénoncé des tentatives d'intimidation des forces de l'ordre, qui ont perquisitionné samedi ses bureaux dans la capitale kirghize.

Sur fond d'appels à sa nationalisation, la mine de Koumtor a de longue date des relations tendues avec l'État kirghiz. Des émeutes ont même éclaté ces dernières années à plusieurs reprises.

Porté au pouvoir par la rue fin 2020 après avoir été libéré de prison par ses partisans, le président Sadyr Japarov avait par le passé pris la tête d'un mouvement pour la nationalisation de la mine.

C'est lors d'une de ces manifestations en 2013 qu'un gouverneur de province a été kidnappé, conduisant à la condamnation à 11 ans de prison de M. Japarov en 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !