•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Tunnel Québec-Lévis : que le vrai travail commence

Esquisse du projet de tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis.

Le tunnel colossal de 19,4 m de diamètre permettra l’aménagement de six voies de circulation sur deux étages.

Photo : Radio-Canada

De tous les projets du Réseau express de la capitale (REC) dévoilés lundi, seul celui du tramway est suffisamment avancé pour assurer sa réalisation.

Il n'y avait pas de grandes surprises dans la vision de transport présenté par la CAQ lundi. Les nombreuses fuites médiatiques des dernières semaines ont sans aucun doute gâché la fête que se promettait le gouvernement du Québec.

Néanmoins, la conférence de presse représentait un pas important pour le parti de François Legault, qui promet depuis 2018 qu'il y aura une première pelletée pour le projet de tunnel Québec-Lévis dans son premier mandat.

Le troisième lien ne lèvera pas de terre avant 2027, mais des travaux préparatoires seront lancés dès l'an prochain du côté de Lévis.

On ne connaît pas la nature de ces travaux, mais pour le premier ministre, c'est suffisant pour cocher sa promesse comme réussie.

Des détails s'il vous plaît

Dans les faits, le tunnel Québec-Lévis est encore loin d'être assuré dans sa forme actuelle. Il reste plusieurs étapes à franchir. Il manque bien des détails.

Le gouvernement n'a pas cru bon de fournir aux journalistes ses études d'achalandage qui justifient la mise en place d'un tunnel ou d'une desserte des banlieues.

Le tunnel, vu de profil, traversera une partie de Québec et de Lévis sur une longueur de 8,3 km.

Le tunnel, vu de profil, traversera une partie de Québec et de Lévis sur une longueur de 8,3 km.

Photo : Radio-Canada

On ne sait pas encore comment 27 000 voitures par jour vont aboutir dans le secteur d'ExpoCité en sortant du tunnel sans créer de congestion et des débordements dans le secteur. On ne sait pas non plus quelle force d'attraction le projet va exercer sur l'étalement urbain sur la Rive-Sud.

L'échéancier aussi est imprécis. D'ici 10 ans dans les meilleurs délais, même si le premier ministre souhaite qu'il se réalise plus rapidement.

Voies réservées

Même ambiguïté pour le projet de desserte des banlieues. Le gouvernement entend construire des voies supplémentaires réservées au transport en commun en périphérie de la ville de Québec.

Lors de la présentation à huis clos pour les journalistes, il est apparu clair que l'ajout de voies ne sera pas possible partout. Par exemple, la rue Seigneuriale à Beauport ou encore la 1re avenue dans Limoilou sont trop étroites. L'ensemble des usagers de la route devront se partager l'espace disponible.

Il n'y a pas encore d'échéancier pour la desserte. C'est en analyse.

La vision gouvernementale du transport collectif dévoilée lundi a ses limites.

François Legault fait une annonce sur le Réseau express de la Capitale.

Le premier ministre François Legault annonce un nouveau réseau de transport qui inclut un tunnel entre Québec et Lévis et un tramway, le 17 mai 2021.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Tramway

Quand on y regarde de plus près, c'est le projet de tramway du maire Labeaume qui est le plus susceptible de se réaliser dans les temps et les coûts prévus.

Pour la CAQ, l'appui au tramway a toujours été difficile, mais c'est tout de même le projet qui va officiellement lancer le REC.

Dans sa nouvelle mouture, le tramway va coûter 65 millions de dollars de plus que les 3,3 milliards initialement annoncés. Cette information n'a pas soulevé un grand intérêt.

Ce qui a davantage retenu l'attention, c'est la décision du gouvernement de ne pas inclure les coûts d'emprunts et la réserve en cas d'imprévus dans la facture de 6 à 7 milliards de dollars pour le tunnel Québec-Lévis.

Une somme qui pourrait représenter entre 10 % et 35 % du montant de la facture. Cela veut dire jusqu'à 2 milliards de dollars de plus.

Le gouvernement explique qu'il est trop tôt pour le faire, mais ces sommes devront être ultimement financées.

Financement fédéral

Le premier ministre Legault l'a répété à trois reprises lors de la conférence de presse. Il s'attend à ce qu'Ottawa finance une bonne partie des projets de tunnel et de desserte.

Il s'agit de projets qui comptent des voies réservées au transport en commun et, selon le gouvernement Legault, cela devrait convaincre le fédéral de participer.

Dans les faits, il n'existe plus à Ottawa de programme pour construire de nouvelles routes. Les programmes fédéraux financent les projets de transport collectif électriques ou verts. Les critères sont précis. Ce n'est donc qu'une portion des projets de la CAQ pour la capitale qui pourrait être financée.

Gains nets

Présent à la conférence de presse, le maire de Québec n'a pas paru particulièrement enthousiaste.

Il appuie le tracé du tunnel Québec-Lévis. Il y voit des gains pour la banlieue. Surtout, ce projet permet de rêver à la reconversion de l'autoroute Laurentienne en boulevard urbain entre la rue Soumande et le quartier St-Roch.

Mais cet appui a un goût amer.

Lundi, c'était l'occasion pour le maire Labeaume de dire au monde entier qu'il avait enfin réussi à lancer son projet de tramway après des mois d'adversité avec la CAQ.

Le maire de Québec Régis Labeaume lors de l'annonce sur le Réseau express de la Capitale.

Le maire de Québec Régis Labeaume a pris la parole lors de l'annonce du gouvernement Legault sur le Réseau express de la Capitale.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Il a pris le temps de remercier tous ceux qui l'ont appuyé. Le gouvernement fédéral, entre autres. Il a aussi et surtout salué certains groupes environnementaux. Il a nommé Accès Transport Viable, le Conseil régional de l'environnement et J'ai ma passe, trois groupes qui aujourd'hui fourbissent leurs armes pour contester le projet de tunnel.

Quand on regarde comment le projet de tramway a évolué depuis sa présentation en mars 2018, on peut se demander ce qu'il restera de la vision du gouvernement sur le tunnel Québec-Lévis dans 10 ans.

Les changements seront nombreux. On est au tout début du processus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !