•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès à l’emploi difficile pour les personnes trans

Le drapeau arc-en-ciel, emblème de la lutte pour les droits LGBTQ.

Trans Mauricie-Centre-du-Québec estime que les entreprises de la région sont majoritairement ouvertes à la transidentité, mais qu’elles sont peu outillées.

Photo : iStock photo

Radio-Canada

Selon l'organisme Trans Mauricie-Centre-du-Québec, un tiers des entreprises hésiteraient à embaucher une personne trans. Des membres étaient au centre-ville de Trois-Rivières lundi pour sensibiliser des employeurs.

La Journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie était l’occasion d’informer la population sur la transidentité puisque la méconnaissance du sujet peut être un frein important à l'emploi des personnes trans.

Juste pour une entrevue, juste le CV, est-ce que je mets mon nom usuel ou est-ce que je mets mon nom légal? Si je suis embauché, est-ce que les ressources humaines vont dire que j’ai un faux profil?, énumère Valérie Bélisle, intervenante et coordonnatrice à l’organisme. Elle ajoute que certains peuvent même renoncer à un processus de recherche d’emplois.

Trans Mauricie-Centre-du-Québec estime que les entreprises de la région sont majoritairement ouvertes à la transidentité, mais qu’elles sont peu outillées. L'organisme offre d'ailleurs des services d'accompagnement pour un employé qui voudrait affirmer son identité ou son orientation sexuelle au travail.

L’équipe peut également soutenir les employeurs qui souhaitent rendre leur milieu plus inclusif. Samuel Desbiens, directeur général de l’organisme, cite en exemple d’installer des toilettes non genrées, des vestiaires non genrés, de respecter le choix vestimentaire de la personne.

Des mois difficiles pour les jeunes de la communauté LGBTQ+

L’isolement et le confinement de la dernière année ont pesé lourd pour les jeunes en questionnement sur leur identité de genre ou leur orientation sexuelle. [Ils font déjà] face à un sentiment d’isolement, mais la pandémie est venue ajouter une couche supplémentaire, explique François Vanier, directeur général du GRIS Mauricie-Centre-du-Québec.

Il insiste sur les ressources d’écoute et de soutien disponibles dans la région. Le GRIS et Trans Mauricie-Centre-du-Québec offrent des services pour les jeunes qui ont besoin de briser leur isolement.

François Vanier estime que la situation de l’homophobie, transphobie et biphobie évolue bien même si certains préjugés persistent. Si on se met dans un état d’esprit d’ouverture et d’inclusion, c’est déjà un grand geste. De faire abstraction de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre, on est tous des êtres humains, ajoute-t-il.

Alors que le GRIS n’a pas pu souligner la Journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie en 2020, l'organisme à transporter ses activités de sensibilisation en ligne. En partenariat avec le théâtre des Gens de la place, une lecture du projet Laramie est offerte gratuitement en ligne toute la semaine.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !