•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Esquisse du projet de tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis.

Le tunnel de 19,4 m de diamètre permettra l’aménagement de six voies de circulation sur deux étages.

Photo : Radio-Canada

Catastrophe environnementale pour les uns, outil essentiel au développement économique pour les autres, le troisième lien entre Québec et Lévis, dont les détails ont été dévoilés lundi, génère des réactions aux antipodes au sein de la classe politique et du milieu des affaires.

Selon le député solidaire Sol Zanetti, le tunnel de 8,3 km sur deux étages proposé par le gouvernement Legault, élément central du Réseau express de la Capitale (REC), sera catastrophique pour l’environnement et le paysage urbain de Québec, à tel point qu’il doute que l’infrastructure voie le jour.

Je pense que ce projet-là ne se fera pas [...] parce qu'il ne passera jamais le test d'aucune évaluation environnementale qui se respecte. C'est complètement impossible. On est dans un projet qui va susciter une mobilisation populaire énorme, a prédit l’élu de Jean-Lesage.

Carte du réseau complet.

Le Réseau express de la Capitale (REC) inclura un tunnel Québec-Lévis, un tracé de tramway ainsi que des dessertes vers les banlieues de Québec et de Lévis.

Photo : Radio-Canada

La cheffe du parti municipal Transition Québec, Jackie Smith, s’est montrée tout aussi indignée. Elle estime que le projet de troisième lien n’est tout simplement pas acceptable d’un point de vue environnemental.

Le troisième lien reste un projet injustifié qui s’attaque à la qualité de vie des personnes résidant au centre-ville et qui va à l’encontre des efforts nécessaires pour la lutte aux changements climatiques, a soutenu Mme Smith.

Une victoire pour Québec

Partisan d’un troisième lien autoroutier à l’est plutôt qu’à la hauteur des centres-villes de Québec et Lévis, Jean-François Gosselin a néanmoins salué le projet gouvernemental. Après les dizaines de milliards de dollars investis dans des projets de transport à Montréal, le chef de Québec 21 s’est réjoui de voir que la Vieille Capitale aura droit à sa part du gâteau.

Québec a droit aussi d'améliorer son transport, d'améliorer sa mobilité, donc, pour les gens de Québec, aujourd'hui, c'est une victoire, a commenté M. Gosselin.

Esquisse du projet de tunnel à deux étages entre Québec et Lévis.

Le tunnel étagé de 8,3 km devrait permettre de passer d’un centre-ville à l’autre en une dizaine de minutes.

Photo :  Gouvernement du Québec

Le maire Régis Labeaume, qui n’a jamais été un chaud partisan du troisième lien, il est d’avis que le raccordement du tunnel sous-fluvial à deux stations du tramway le rend pertinent.

Son homologue lévisien, Gilles Lehouillier, s’est montré beaucoup plus loquace, n’hésitant pas à parler de lundi comme étant la plus belle journée de [sa] carrière politique.

En agençant en parfaite harmonie les divers modes de transport, ce que vous nous offrez aujourd'hui, comme gouvernement, à nos collectivités, c'est plus qu'un tramway, plus qu'un tunnel Québec-Lévis, c'est un harmonieux plan de mobilité durable porteur d'avenir pour les 100 prochaines années, a affirmé le maire de Lévis.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, devant un podium lors d'une conférence de presse.

Gilles Lehouillier voit dans le Réseau express de la Capitale un ensemble « exceptionnel » qui permettra de résoudre les problèmes de mobilité.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

La joie était également palpable chez les représentants du milieu des affaires. Le président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Steeve Lavoie, est d'avis que le tunnel sous-fluvial permettra, à long terme, de solidifier et dynamiser l’économie des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

Ce projet à long terme là, au niveau économique, vient vraiment faire une cohésion de développement économique régional [...] qui permet vraiment à la Ville de Québec de jouer son rôle de pôle économique majeur dans l'Est du Québec, a indiqué M. Lavoie.

La vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, Marie-Josée Morency, s’attend pour sa part à ce que le tunnel facilite la mobilité et la rétention de la main-d'œuvre.

On a l'annonce d'un projet global, d'un projet de consensus aussi qui allie voies réservées, tunnel, tramway, interconnexion, mobilité durable. Donc, on est très, très heureux, a-t-elle commenté.

Marie-Josée Morency accorde une entrevue à l'extérieur lors d'une journée ensoleillée. Le fleuve Saint-Laurent apparaît en arrière-plan.

Marie-Josée Morency, vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis.

Photo : Radio-Canada

Réactions à Ottawa

Sur la scène fédérale, le président du Conseil du Trésor et député de Québec, Jean-Yves Duclos, a dit prendre acte du projet présenté lundi. Il a tenu à préciser que ce dernier n’avait pas encore été soumis à l’analyse du gouvernement fédéral, qui sera appelé à financer une part considérable des coûts de construction, évalués à environ 7 milliards de dollars.

Nous avons hâte de recevoir une proposition officielle du gouvernement du Québec ainsi que tous les détails du projet en matière de transport collectif. Évidemment, la réussite du test des évaluations environnementales sera essentielle à l’appui du gouvernement fédéral, a déclaré le ministre.

Esquisse présentant une vue de profil du projet de tunnel entre Québec et Lévis.

Le tunnel traversera une partie de Québec et de Lévis sur une longueur de 8,3 km.

Photo : Radio-Canada

De leur côté, les députés conservateurs de la région de Québec ont salué le projet d’infrastructure dévoilé par le premier ministre François Legault. Ils sont ravis de constater que le futur tunnel desservira les banlieues nord.

Il est important de déployer un moyen qui permettra à l’ensemble des citoyens de la région de la communauté métropolitaine de Québec de se déplacer adéquatement entre les deux rives et ainsi donner le souffle nécessaire au développement de la grande région de Québec et de ses banlieues, ont réagi dans un communiqué les députés Pierre Paul-Hus, Gérard Deltell et Joël Godin.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie, Pierre-Alexandre Bolduc et Jonathan Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !