•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois jeunes de Granby auraient tiré sur des passants avec un pistolet à air comprimé

Une voiture du service de police de Granby.

Trois Granbyens auraient utilisé un pistolet à air comprimé pour tirer sur des passants. (archives)

Photo : Radio-Canada

Emy Lafortune

Trois jeunes de Granby ont été arrêtés dimanche soir après avoir tiré sur quatre marcheurs alors qu'ils circulaient en voiture. Ils auraient utilisé un pistolet à air comprimé.

Vers 19 h 30, dimanche, les policiers ont reçu un premier appel à propos de ces jeunes. Ces personnes-là disaient avoir reçu des projectiles sous forme de billes de plastique, qui ont été projetées sur eux à partir d'un véhicule en marche occupé par trois jeunes garçons. Ces projectiles-là auraient pu être lancés à partir de pistolets à air comprimé, explique Marc Farand, agent à la prévention et aux relations communautaires pour le Service de police de la Ville de Granby. 

La police a reçu un deuxième appel, une quinzaine de minutes plus tard, pour rapporter le même modus operandi, ajoute Marc Farand. Le véhicule, dans les deux cas, était décrit comme une Volkswagen blanche. Les policiers ont arrêté ses occupants, un adolescent de 17 ans et deux jeunes de 18 ans, aux abords des rues Albert et Saint-Denis.

Selon M. Farand, les trois suspects, tous résidents de Granby, ont été amenés au poste de police. Ils ont par la suite été libérés avec citation à comparaître dimanche. Ils pourraient devoir répondre à des accusations d’agression armée.

Marc Farand rappelle que les pistolets à air comprimé peuvent être considérés comme des armes, selon les circonstances.

En fait, c’est l’analyse de la vélocité du projectile qui quitte le canon qui en fait une arme à feu ou simplement une arme jouet. Mais dans les deux cas, des blessures peuvent être causées. Dans ce cas-ci, les blessures causées ne mettent pas la vie des personnes en danger, soutient-il.

Les trois jeunes n’étaient pas connus des policiers.

Plusieurs victimes

Quatre victimes, âgées de 15 ans à 58 ans, ont été identifiées jusqu'à présent.

D’autres victimes pourraient avoir été faites par ces trois individus, souligne Marc Farand, qui invite toute personne qui pourrait avoir été victime de ces jeunes à communiquer avec le Service de police de la Ville de Granby

Selon l’enquête en cours, il n’y aurait pas de lien entre les victimes et les trois suspects.

Nous ne pouvons pas donner pour l’instant de motivations qui poussaient les trois individus à agir de cette façon-là.

Une citation de :Marc Farand, agent à la prévention et aux relations communautaires pour le service de police de la Ville de Granby. 

C'est super dangereux

Le fils de 18 ans de Martin Paradis, un homme de Granby, ainsi que sa copine auraient été frappés par un projectile tiré par un des suspect. Dans une publication Facebook, M. Paradis a averti ses concitoyens de faire attention.

Mon gars l'a reçu [le projectile] et ensuite, c'est allé frapper proche de l'œil de sa copine. Ça aurait pu lui crever un œil. Je ne sais pas encore c'est quoi le projectile, mais ça aurait pu être très, très dangereux.

Une citation de :Martin Paradis, père d'un jeune homme frappé par un projectile à Granby

Son fils et sa copine n'ont heureusement pas de séquelles, mais l'événement les a secoués, explique-t-il.

Un jeune homme a une marque rouge de la grosseur d'un dix sous dans le derrière du cou.

Le fils de Martin Paradis, Antoine Paradis, aurait été atteint par un projectile dimanche soir.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie/Martin Paradis

Ça frappe un peu. Je ne pense pas qu'ils vont aller prendre une marche de sitôt, surtout qu'on est dans un coin tranquille de la ville de Granby, ajoute-t-il, en mentionnant que son fils ne connaissait pas les jeunes dans le véhicule.

Martin Paradis se dit toutefois heureux que les policiers aient déjà attrapé les responsables.

Ça ne se fait pas, peu importe le type d'arme [...] Je suis vraiment heureux que ce soit réglé déjà, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !