•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décision à venir pour la préservation d’un « joyau » de la pêche à la truite

Une pancarte dans un bois demande la préservation des truites.

Les membres de la communauté opposés à une usine de traitement des eaux usées dans la ville d'Erin ont installé des centaines de panneaux pour attirer l'attention sur leurs préoccupations.

Photo : CBC/John Badcock

Radio-Canada

Ottawa doit se prononcer le 26 mai sur la poursuite ou non d’un projet de construction d’une usine de traitement des eaux usées susceptible, selon des environnementalistes et des résidents, de menacer la rivière West Credit, au nord-ouest de Toronto.

Selon les opposants au projet, l’usine pourrait déverser jusqu'à 7,2 millions de litres d'eaux usées traitées chaque jour dans la rivière West Credit, un petit ruisseau d'eau froide qui abrite l'une des rares populations de truites mouchetées sauvages restantes dans cette partie de la province.

C'est un endroit spécial , a déclaré John Monczka, secrétaire de la section Greg Clark de l’association de défense environnementale Trout Unlimited Canada, l’un des cinq groupes qui ont sollicité l’intervention du fédéral pour déterminer la viabilité du projet. L'habitat naturel est aussi bon que ce que peut offrir le sud de l'Ontario.

L’usine, dont la construction est prévue plus tard dans l’année et doit être achevée en 2023, a reçu l’approbation de la municipalité d’Erin et de l’Ontario.

La rivière West Credit.

La rivière West Credit est un affluent de la rivière Credit. Prenant source dans les abords d'Erin, le ruisseau d'eau froide s'écoule vers l'est à travers le hameau de Belfountain avant de rencontrer le bras principal de la rivière Credit.

Photo : Steve Noakes/West Credit River Watch

Bien qu’il soit rare qu'Ottawa intervienne pour annuler les approbations provinciales, en particulier pour des projets municipaux, le ministre de l’Environnement et du Changement climatique Jonathan Wilkinson doit rendre son avis au plus tard le 26 mai.

Erin sous la pression de la croissance démographique

L'usine permettrait la construction de nouveaux lotissements dans la ville en pleine croissance mais encore largement rurale d'Erin, à environ 80 kilomètres au nord-ouest de Toronto. Les plans de l'installation, déjà aux dernières étapes de la conception, ont été approuvés par le ministère de l'Environnement, de la Conservation et des Parcs de l'Ontario en août 2019.

La Ville d'Erin se trouve dans une position compliquée. Elle s'attend à une croissance substantielle de sa population dans les décennies à venir, passant d'environ 4 500 habitants aujourd’hui à 10 000 d'ici 2040.

Et la municipalité compte actuellement sur des fosses septiques vieillissantes, qui elles-mêmes présentent des risques environnementaux.

Nick Colucci, directeur des services d'infrastructure d'Erin, a déclaré que le gouvernement local soutenait le processus de planification de l'usine de traitement des eaux usées. Plusieurs scénarios alternatifs ont été étudiés et finalement rejetés par la firme de génie-conseil qui a effectué l'examen.

L’Autorité de conservation de Credit Valley a également été étroitement associée tout au long du processus de planification, qui a commencé dès 2016, a-t-il ajouté.

Je dirais que la conception a été très approfondie et a examiné de nombreuses différentes choses, a poursuivi M. Colucci, ajoutant qu'il y avait un plan de communication très détaillé tout au long du processus.

Pendant ce temps, la mobilisation citoyenne a malgré tout pris de l’ampleur. Une pétition en ligne a rassemblé plus de 21 000 signatures en faveur de la révision du projet par Ottawa, tandis que le ministre Wilkinson a reçu près de 670 lettres demandant une mise en pause.

Craintes pour la pérennité de la truite mouchetée sauvage

Les opposants à l'usine de traitement des eaux usées craignent qu’elle réchauffe, entre autres, la rivière West Credit au-delà de ce que la truite mouchetée peut tolérer.

Ces poissons sont sensibles. Ils ont besoin d'eau fraîche et propre et remplie d'oxygène pour prospérer. Une température de l’eau supérieure à 19 °C les stressent, tandis que des températures comprises entre 23 et 24 °C peuvent être mortelles.

Le développement urbain, industriel et agricole a contribué à une baisse drastique du nombre de rivières et de ruisseaux de l'Ontario qui capables de nourrir les truites mouchetées.

C'est le joyau de l'habitat de la truite dans le sud de l'Ontario. Si nous ne pouvons pas protéger cela, que pouvons-nous protéger?, s’est demandé Dean Latham, trésorier du club de pêche à la mouche Izaak Walton., basé dans la région de Peel.

Avec les informations de Lucas Powers, CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !