•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba se prépare pour un nombre record de patients aux soins intensifs

Du personnel médical autour d'un lit.

L'unité des soins intensifs du Centre des sciences de la santé de Winnipeg, au moment de la deuxième vague en décembre. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

Le nombre de patients atteints de la COVID-19 aux soins intensifs a désormais dépassé le nombre de lits en soins intensifs disponibles avant la pandémie. Les autorités indiquent que le nombre de patients continuera d’augmenter dans les hôpitaux de la province.

Avant la pandémie, le Manitoba disposait de 72 lits aux soins intensifs. Lundi, 120 patients étaient dans une unité de soins intensifs de la province, dont 73 étaient atteints de la COVID-19.

Le système de soins de santé continue de sentir la pression en raison d’un volume élevé de cas quotidiens, ce qui mène plus de patients aux soins intensifs et aux soins aigus, a indiqué Lanette Siragusa, l’infirmière en chef de Soins communs Manitoba, lors d’une conférence de presse.

Durant la deuxième vague, la province a enregistré un nombre record de 129 patients aux soins intensifs, toutes maladies confondues.

Nous allons atteindre ce chiffre de 129 [...], nous nous attendons à y arriver très bientôt, a affirmé Lanette Siragusa, ajoutant que les soins intensifs admettent environ 6 nouveaux patients par jour.

Des médecins et des infirmières ont décrit lors de la deuxième vague des conditions de travail très difficiles en raison de la pression provoquée par le nombre de patients aux soins intensifs.

Lanette Siragusa croit que les hôpitaux manitobains sont mieux équipés pour la troisième vague. Nous semblons nous améliorer, être un peu plus affûtés avec chaque vague, dit-elle.

Lors de la deuxième vague, nous perdions des centaines d’infirmières tous les jours [en raison d’expositions ou d’infections à la COVID-19]. Maintenant, ces personnes sont vaccinées, a ajouté Mme Siragusa.

Lanette Siragusa est assise à une table et parle dans un micro devant elle.

Lanette Siragusa, infirmière en chef à Soins communs Manitoba.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Grâce aux vaccinations, les éclosions dans les hôpitaux sont maintenant rares et moins graves que lors de la deuxième vague, a-t-elle poursuivi, en notant que la province est à la recherche active de nouvelles infirmières pour les unités de soins intensifs.

La province pourrait faire passer à 173 le nombre de lits aux soins intensifs, en cas de besoin. Si plus de lits étaient nécessaires, toutes les mesures possibles seraient prises pour éviter que le Manitoba ne se trouve dans l'obligation de mettre en place un protocole de triage de patients, pour décider qui aurait droit aux soins intensifs ou non.

Environ 100 employés qui travaillent principalement dans les services d’interventions chirurgicales, dont 82 infirmières, ont été redéployés dans les unités de soins intensifs.

Certaines interventions chirurgicales non urgentes ont été annulées, et la province se penche sur la possibilité d’envoyer des patients dans des hôpitaux en dehors de Winnipeg et de Brandon, pour certaines procédures non urgentes.

Les hospitalisations aux soins aigus augmentent aussi

Nous avons vu l’impact aux soins intensifs la semaine dernière et, maintenant, nous voyons l’impact aux soins aigus, a précisé Lanette Siragusa. Environ 82 % des lits de soins aigus du Manitoba sont occupés.

Le nombre de patients est de 265 lundi, ce qui reste bien en dessous du nombre record de 404, établi lors de la deuxième vague., Nous constatons certainement une hausse et nous allons continuer de surveiller la situation , a cependant indiqué Lanette Siragusa.

La province a adopté deux nouvelles approches pour réduire le nombre de patients hospitalisés en dehors des soins intensifs, toutes maladies confondues.

La première est le transfert de certains patients dans des foyers de soins personnels. Depuis le 20 avril, 278 patients y ont été transférés et y reçoivent des soins adéquats, a dit Mme Siragusa.

De plus, certains patients de régions rurales ou du nord de la province qui reçoivent des soins à Winnipeg pourraient être transférés dans des hôpitaux de leur région.

Pour les patients atteints de COVID-19 ayant besoin de soins, la province a créé, vers la fin de la deuxième vague, un programme qui leur permet de rester à la maison et d'obtenir des visites virtuelles avec leur médecin.

Certains suivent un traitement à l’oxygène à la maison. En ce moment, sur les 35 participants aux programmes, 16 suivent un tel traitement.

C’est comme une unité de médecine à la maison, a affirmé Lanette Siragusa, précisant que ce programme a permis d’éviter l’équivalent de 751 jours d’hospitalisation.

La semaine dernière, la province a dévoilé des projections montrant que le nombre de patients aux soins intensifs dépasse les pires scénarios envisagés. Les admissions aux soins intensifs liées à la COVID-19 devraient seulement commencer à ralentir environ un mois après le confinement, selon le médecin hygiéniste en chef adjoint de la province, Jazz Atwal.

La province a annoncé 430 nouveaux cas de COVID-19 lundi.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !