•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Au sommet de Canada's Wonderland

Arche en forme d'arc-en-ciel sous laquelle des visiteurs passent sur le site du parc Canada's Wonderland.

Le parc d'attractions Canada's Wonderland a ouvert ses portes en 1981 au nord-ouest de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 40 ans, le 23 mai 1981, était inauguré le plus grand parc d’attractions au pays : Canada’s Wonderland. Nos archives témoignent de l’engouement pour ce nouveau divertissement familial dans la région de Toronto.

Le parc d’attractions Canada’s Wonderland est situé à Vaughan, en Ontario, à une quarantaine de minutes de Toronto.

Lorsque le projet prend forme dans les années 70, les résidents de la région s’y opposent. C’est au bout d’une dizaine d’années et de l’appui du gouvernement provincial qu’il se concrétisera.

Téléjournal, 25 juillet 1981

Au Téléjournal du 25 juillet 1981, le journaliste Jean-Yves Michaud parcourt le site de Canada’s Wonderland.

Deux mois à peine après son inauguration, le parc d’attractions a déjà reçu plus d'un million de visiteurs.

Il est indéniable que le sud de l'Ontario constitue un site privilégié pour un parc de l'ampleur de Canada’s Wonderland, affirme le journaliste.

Et les tarifs élevés ne semblent pas retenir les visiteurs. Pour accéder au parc, il en coûte 9,95 $ pour les enfants comme pour les adultes.

Une trentaine de manèges s’offrent à eux pour cette première année d’exploitation, ainsi que des zones thématiques.

Le reportage nous donne un aperçu de la foire médiévale et du monde d’Hanna-Barbera avec des personnages de la société de production américaine tels que Yogi l’ours, Scooby-Doo et les Pierrafeu.

120 millions de dollars ont été investis dans la création du parc d’attractions qui fonctionne en saison estivale seulement.

Les propriétaires américains et canadiens espèrent amortir leur investissement sur une période de cinq à sept ans.

Téléjournal, 24 juillet 1985

Quatre ans plus tard, Canada’s Wonderland a le vent dans les voiles, comme en témoigne ce reportage au Téléjournal du 24 juillet 1985.

Le parc d’attractions attire deux millions de visiteurs par année et ceux-ci viennent de partout. Le prix d’entrée est alors de 16 $ pour les adultes et de 8 $ pour les enfants.

Sur place, le journaliste Charles Tisseyre s’entretient avec des Québécois qui ont fait le voyage.

En plus de Montréal, Canada’s Wonderland vise les visiteurs des plus grands centres autour tels que Toronto, Buffalo, Détroit et Ottawa.

La concurrence est forte avec le parc d’attractions La Ronde à Montréal et Marineland à Niagara Falls.

22 millions de dollars supplémentaires ont d’ailleurs été injectés pour améliorer le site de Canada’s Wonderland qui offre dorénavant des spectacles musicaux et un cirque aquatique.

La grande nouveauté de l’été 1985? Le manège SkyRider, premier parcours de montagnes russes au Canada à accueillir les passagers en position debout.

Spectaculaire, électrisant, il est devenu la locomotive publicitaire de Wonderland, affirme le journaliste Charles Tisseyre en 1985.

Le Téléjournal/Montréal, 24 avril 2008

C'est fou ce que le genre humain est capable d'inventer pour se donner des émotions fortes.

Une citation de :L'animatrice Pascale Nadeau

En 2008, les montagnes russes du Behemoth permettent à Canada’s Wonderland d’entrer dans les ligues majeures des parcs d’attractions internationaux.

C’est ce que déclare le spécialiste du Park World Magazine au journaliste Christian Grégoire dans ce reportage au Téléjournal/Montréal du 24 avril 2008.

Le nouveau manège du parc d’attractions ontarien plonge à 75 degrés et atteint une vitesse de 125 km/h en 4 secondes.

Son sommet de 70 mètres est aussi largement supérieur aux 53 mètres des montagnes russes du Goliath, son manège concurrent de La Ronde.

En 2012, le Leviathan — toujours sur le site de Wonderland — a surpassé le Behemoth sur le plan de la plongée et de la vitesse de pointe.

Des souvenirs auxquels se rattacher pour les amateurs d’émotions fortes qui attendent la réouverture de Canada’s Wonderland, qui demeure incertaine en raison de la pandémie de COVID-19.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.