•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désinformation, isolement : pourquoi certains aînés ne sont-ils pas vaccinés?

Une infirmière vaccine une personne âgée.

Même si la vaccination des aînés albertains a eu du succès, environ 70 000 personnes âgées de plus de 70 ans n'ont toujours pas reçu leur première dose de vaccin.

Photo : iStock

Radio-Canada

Même si la vaste majorité des Albertains de plus de 70 ans a reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, une minorité refuse de se faire immuniser, selon une infirmière praticienne qui soigne des aînés.

Les raisons varient entre la désinformation, l'isolement ou encore la peur d’être infecté dans une clinique bondée, selon Anne Summach, qui est également professeure adjointe à l'Université de l'Alberta.

Plus de 80 % d’Albertains âgés de 70 à 80 ans sont au moins partiellement immunisés contre la maladie. Un nombre qui atteint 85 % pour les plus de 80 ans, selon la province.

Pourtant, environ 70 000 aînés de plus de 70 ans n’ont toujours pas reçu leur première dose de vaccin, soit environ 17 % de cette tranche d’âge.

D'après Anne Summach, il y a plusieurs raisons à cela. L’une des principales, selon elle, repose sur la désinformation renforcée par les médias sociaux, la famille, les amis et d’autres membres de la communauté.

Ils entendent des informations erronées sur le développement des vaccins, sur les risques qu’ils présentent, sur les avantages des remèdes naturels qu'ils pourraient prendre, sur la COVID-19 en elle-même, dit-elle.

Selon l’infirmière, qui dirigeait auparavant une clinique de santé pour les personnes âgées au centre-ville d’Edmonton, certains aînés ont aussi de la difficulté à s'y retrouver dans le système de rendez-vous.

D’autres ont encore des problèmes d'ordre linguistique ou de la difficulté à obtenir un moyen de transport. Ces problèmes sont davantage exacerbés pour les personnes isolées qui n'ont pas de famille pouvant les aider, croit Mme Summach.

Un porte-parole de Services de santé Alberta (AHS) affirme, de son côté, que l'autorité sanitaire collabore avec plusieurs organismes pour aider les personnes qui ont besoin d'aide pour prendre des rendez-vous et se déplacer. AHS fournit également des vaccins aux populations confinées à domicile et offre des informations en plusieurs langues.

Anne Summach assise dans sa salle de consultation.

Anne Summach, infirmière praticienne qui travaille actuellement au centre Sage Seniors sur un projet de soutien aux personnes âgées fragiles, pense que la désinformation est l'une des raisons pour lesquelles certains aînés albertains ne se font pas vacciner.

Photo : Paige Parsons/CBC

Mme Summach affirme que ses collègues et elle ont également entendu des Albertains plus âgés dire qu'ils craignaient de tomber malades en se rendant dans une clinique achalandée. D'autres s'inquiètent des effets secondaires, et certains ne veulent pas recevoir un vaccin que pourrait recevoir une personne plus jeune.

Enfin, il y a aussi des aînés qui n’ont pas confiance dans le gouvernement.

Anne Summach pense qu'un travail plus ciblé avec les agences sociales pour atteindre les personnes âgées particulièrement isolées pourrait contribuer à faire augmenter le nombre de vaccinations, mais que, comme pour la population en général, il y aura toujours un segment de la population qui refusera le vaccin.

Il est impossible de convaincre quelqu'un qui a déjà décidé que sa source de vérité est la source de vérité, admet-elle, tout en précisant faire de son mieux pour donner à ce segment de la population l’information la plus à jour qui soit.

Avec les informations de Paige Parsons

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !