•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 14 députés subissent un test de dépistage et s'isolent au N.-B.

La recommandation découle d'un avis d'exposition dans un hôtel près de l'Assemblée législative.

Kevin Arseneau interviewé par vidéoconférence.

Le député vert de Kent-Nord, Kevin Arseneau, dit connaitre 14 députés qui ont reçu la recommandation de subir un test de dépistage.

Photo : CBC

Radio-Canada

Des députés de divers partis politiques à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick ont reçu la recommandation de se faire tester pour la COVID-19 et de limier leurs contacts rapprochés en attendant le résultat.

Cette recommandation survient après qu’un risque d’exposition au virus responsable de la COVID-19 ait été signalé dans l’hôtel Hilton Garden Hill et dans le restaurant Pickle Jar, à Fredericton, pour la période du 11 au 16 mai.

Plusieurs députés fréquentent ces établissements qui se trouvent à deux pas de l’Assemblée législative. Les députés ont siégé du 11 au 14 mai.

Au total, 14 députés néo-brunswickois sont visés par cette recommandation : dix du Parti progressiste-conservateur dont certains ministres comme Dorothy Shephard et Ted Flemming, deux du Parti libéral et deux du Parti vert.

Les libéraux confirment que leurs députés Isabelle Thériault et Keith Chiasson s’isolent en attendant d'apprendre le résultat de leur test de dépistage. Mme Thériault a séjourné à l’hôtel Hilton et M. Chiasson a fréquenté le restaurant Pickle Jar.

Isabelle Thériault prononce une allocution à l'Assemblée législative.

La députée de Caraquet, Isabelle Thériault, à l'Assemblée législative cet hiver (archives).

Photo : Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

Chez les verts, le député Kevin Arseneau affirme que lui et sa collègue Megan Mitton sont aussi touchés.

Kevin Arseneau explique qu’il a subi un test de dépistage dimanche et qu’il s’isole à son domicile, à Rogersville, en attendant le résultat. Selon lui, l'isolement n’est pas obligatoire pour le moment. Il dit que la santé publique lui a recommandé de limiter ses contacts et de subir un nouveau test de dépistage en cas d'apparition de symptômes.

L'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick confirme pour sa part qu'aucun de ses députés n'est touché par l'avis d'exposition.

La politique en mode virtuel

L'édifice de l'Assemblée législative.

La santé publique du Nouveau-Brunswick recommande à plusieurs députés de subir un test de dépistage de la COVID-19 et de s'isoler en attendant le résultat, à la suite d'un avis d'exposition à la maladie dans un hôtel et un restaurant à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

L'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick passera en mode virtuelle pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Les leaders parlementaires des quatre partis politiques ont discuté de la situation, lundi après-midi, pour définir comment les députés peuvent siéger alors qu'ils sont en isolement. L'objectif étant de ne pas compromettre la poursuite des activités à l'Assemblée législative.

Ils ont choisi un format hybride, qui permettra à certains députés de siégé virtuellement et à d'autres de siéger en personne, lors des sessions parlementaires et des différents comités.

L'opposition demandait depuis des mois que les députés puissent siéger de façon virtuelle.

Ça a pris du temps. On a du COVID depuis un an et demi et on n'a pas siéger virtuellement. Il n'y a pas de raison, croit Guy Arseneault, le leader parlementaire du Parti libéral.

C'est un changement fondamental de comment on fait nos travaux à l'Assemblée, ce n'est pas trop tard, lance pour sa part Glen Savoie, le leader parlementaire du Parti progressiste-conservateur.

Cette semaine, tous les députés peuvent siéger virtuellement, mais après ce sera du cas par cas. Certaines règles s'appliqueront pour permettre aux députés de siéger à distance.

Avec des renseignements de Jean-Philippe Hughes, de Radio-Canada, et de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !