•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien ministre libéral Amarjeet Sohi brigue la mairie d’Edmonton

Amarjeet Sohi à la chambre des Communes le 4 février.

Amarjeet Sohi a été à la tête de deux ministères dans le gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Amarjeet Sohi, un ancien conseiller municipal et ex-député de la circonscription d'Edmonton Mill Woods, sera candidat à la mairie d'Edmonton. Il en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse diffusée sur sa page Facebook.

Il devient le 10e candidat à la mairie de la capitale albertaine.

Amarjeet Sohi affirme que sa priorité, s’il est élu, sera de mettre sur pied un plan de relance économique. Cela devra se faire de manière à ce que tout le monde puisse en bénéficier, précise-t-il.

Pendant sa présentation, le candidat a également raconté son parcours en tant qu’immigrant dans la capitale albertaine et les occasions que la ville lui a données. La beauté de notre ville est que nous sommes unis, et je veux continuer à construire cette unité.

Amarjeet Sohi a également parlé de la nécessité de développer les transports en commun et de s’attaquer aux inégalités sociales et ethniques ainsi qu’à la crise climatique. Nous pouvons transformer la crise climatique en possibilités d’emplois tout en faisant d’Edmonton une ville plus propre et plus verte pour les générations à venir.

Une vision commune pour Edmonton

Amarjeet Sohi a été ministre des Infrastructures et des Communautés de 2015 à 2018 et ministre des Ressources naturelles de 2018 à 2019 au sein du gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Il a été défait par le conservateur Tim Uppal aux élections fédérales de 2019.

Le candidat soutient que son expérience politique au niveau municipal et fédéral lui permettra d’atteindre ses objectifs, s’il est élu en octobre.

Mon objectif a toujours été d'être à la disposition des Edmontoniens, que ce soit en tant que député fédéral ou en tant que conseiller municipal. [...] Je pense que les Edmontoniens veulent quelqu’un qui puisse construire des ponts entre la Ville, Ottawa, le gouvernement provincial et la communauté, dit-il.

Le politologue de l'Université MacEwan d'Edmonton, Chaldeans Mensah croit qu’un des principaux défis du prochain maire d’Edmonton sera d’unir le conseil municipal afin d’établir une vision commune pour l’avenir de la capitale albertaine, surtout après la pandémie.

Les gens veulent un candidat qui peut unir le conseil municipal et travailler avec différents ordres de gouvernement, affirme-t-il.

Selon lui, l’expérience politique d’Amarjeet Sohi pourrait l’aider dans cette tâche, même s’il croit que son affiliation aux libéraux de Justin Trudeau pourrait peut-être dissuader certains électeurs conservateurs de soutenir sa candidature.

Succéder à Don Iveson

En novembre, le maire d’Edmonton, Don Iveson, a annoncé qu’il ne se représentera pas aux élections municipales en octobre. Il quittera donc son poste à la fin de son deuxième mandat.

La liste des candidats aux élections municipales d'octobre 2021 comprend entre autres le conseiller sortant Mike Nickel, et les anciens conseillers Kim Krushell et Michael Oshry.

Chaldeans Mensah soutient qu’Amarjeet Sohi représente les valeurs progressives incarnées par l’actuel maire d’Edmonton, Don Iveson.

Il précise toutefois que l’expérience auprès de la communauté des affaires d’autres candidats comme Michael Oshry, Kim Kreshell, Diana Steele ou encore Cheryll Watson pourrait séduire les électeurs. 

[Ils] incarnent le libéralisme progressif, la capacité à créer des consensus, en plus de leur expérience au sein du conseil municipal et de la communauté des affaires, explique le politologue.

La candidate Cheryll Watson croit d’ailleurs que son expérience en transformation stratégique d’entreprises dans le domaine de la technologie et de l’innovation lui permettra de porter un regard nouveau sur le développement d’Edmonton.

Nous devons aller de l’avant. [...] Je ne ramènerai pas d’anciennes façons de faire. Je ne suis pas une politicienne de carrière, dit-elle.

Kim Krushell croit, elle aussi, que son expérience en politique municipale et en tant qu’entrepreneure dans le domaine des technologies lui sera bénéfique.

Selon elle, le prochain maire d’Edmonton devra prendre des décisions importantes et difficiles pour relever les défis économiques et sociaux engendrés par la pandémie de COVID-19.

Nous allons devoir être créatifs et faire plus avec moins. Je veux m’assurer que nous pourrons continuer à bien servir [les intérêts des Edmontoniens], dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !