•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation « pour toutes les personnes qui ont perdu la vie sur la route 109 »

Des fleurs sont déposées près d'une croix installée sur le lieu de l'accident.

La famille d'Antoine Diamond, fauché mortellement le 23 avril, se recueille près d'une croix qui porte son nom.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Martin Guindon

Une centaine de membres de la Première Nation Abitibiwinni ont manifesté cet avant-midi pour réclamer une amélioration immédiate de la sécurité sur la route 109.

Les manifestants ont quitté la communauté de Pikogan vers 9 heures pour se diriger à pied vers le bureau de la députée caquiste Suzanne Blais à Amos.

On marche en la mémoire de monsieur Antoine Diamond, pour sa famille, pour les soutenir et en même temps pour toutes les personnes qui ont perdu la vie sur la route 109, parce qu’il y a eu plus d’une douzaine de décès qui sont arrivés sur cette route-là au fil des années, a expliqué la cheffe du Conseil de la Première Nation Abitibiwinni, Monik Kistabish, quelques minutes avant le départ.

La croix porte le nom d'Alfred Black.

Une dizaine de croix ont été plantées le long de la route 109 au cours des dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Des demandes raisonnables

Quelques jours après la mort d’Antoine Diamond, en avril, le Conseil avait exprimé publiquement ses demandes au ministère des Transports du Québec (MTQ), mais n’a toujours pas reçu de réponse, selon Monik Kistabish.

Un panneau a aussi été installé par les membres du Conseil invitant les gens à réduire leur vitesse à 70 km/h.

Monik Kistabish parle au micro. D'autres personnes tiennent une banderole demandant à Transport Québec d'abaisser la vitesse sur la route 109 à 70 kilomètres/heure.

Monik Kistabish, cheffe de la Première Nation Abitibiwinni, s'est adressée aux manifestants avant de se diriger vers le bureau de la députée d'Abitibi-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

C’est toutes des demandes qui sont raisonnables, qui sont peu coûteuses et qui seraient facilement réalisables, croit-elle. Premièrement, une lumière jaune à l’entrée de la communauté pour avertir les gens qu’il y a une sortie et de ralentir. Deuxièmement, c’est la réduction de la vitesse sur la route 109 [à 70 kilomètres/heure] et troisièmement une affiche qui pourrait sensibiliser les automobilistes.

Arrivés au bureau de Suzanne Blais, les membres du Conseil ont transporté un cercueil arborant les noms de 12 victimes de la route 109. Après s’être adressée à la foule en compagnie du maire d’Amos, Sébastien D’Astous, la cheffe Kistabish a rencontré la députée Suzanne Blais, qui transmettra le message de la communauté au ministre des Transports, François Bonnardel.

Sébastien D'Astous signe un document demandant d'abaisser la vitesse des automobilistes sur la route 109.

Le maire d'Amos a rejoint les manifestants lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Des appuis

C’est important pour nous d’être solidaires avec nos voisins, a souligné le maire d’Amos, dont le conseil doit adopter une résolution d’appui en soirée. On est tous sur le même territoire. On sait que cette année, ils [le MTQ] vont faire de l’asphaltage, mais ce n’est pas assez. On voulait vraiment une reconfiguration. On est là pour les appuyer dans leurs revendications. C’est vrai que ça roule vite.

Accompagnée des conseillères Andriana Trapper et Gloria Polson, la cheffe de la communauté crie de Washaw Sibi, Annie Mapachee Salt, a aussi participé à la marche.

Je suis encore membre d’Abitibiwinni et je continue de les appuyer. J’ai connu beaucoup de personnes ici à Pikogan qui sont décédées à cause d’un accident. J’ai eu une amie à l’âge de 11 ans qui s’est fait frapper ici, pas très loin. C’est le temps que la limite soit baissée. J’aurais aimé que ce soit plus bas que 70 km/h, mais c’est bon quand même, a-t-elle confié.

Logo du vidéojournal.

Une centaine de personnes manifestent pour l'amélioration de la sécurité sur la route 109

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !