•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bataille des logements fait rage entre Juifs et Arabes à Jaffa, en Israël

Une femme brandit un drapeau dans la rue.

Une femme brandit un drapeau palestinien devant un cordon de policiers israéliens à Jaffa, près de Tel-Aviv.

Photo : afp via getty images / AHMAD GHARABLI

Agence France-Presse

Israa Jarbou a déjà manqué une semaine de travail par peur d'être agressée par des Juifs dans le bus à Jaffa, ville mixte où vivent Juifs et Arabes israéliens, au sud de Tel-Aviv.

Ils vont voir que je suis pratiquante, confie la caissière de 27 ans sous son hidjab, foulard musulman couvrant la tête. Il n'y a aucune sécurité.

David Shvets, étudiant juif de 24 ans, a quitté jeudi son école talmudique Meirim Beyafo située dans le même quartier que celui de la jeune Arabe israélienne. Il raconte avoir été visé par des jets de pierres, que la voiture d'un ami et une synagogue ont été incendiées.

Nous circulons en groupe avec une escorte policière pour rentrer chez nous le soir, déplore-t-il, qualifiant la situation de jungle.

La cité portuaire aux bars branchés et aux restaurants bondés vit désormais au rythme des fermetures de routes par la police montée, tandis que les forces de l'ordre patrouillent, fusils automatiques en main.

L'État hébreu tente ainsi de résorber la violence dans plusieurs villes mixtes entre communautés juive et arabe – qui représente 20 % de la population totale d'Israël.

Synagogues, mosquées, cimetières, restaurants, véhicules et même un théâtre ont été ciblés. Au moins un homme est mort.

Un musulman de 12 ans a été hospitalisé après le jet d'une bombe incendiaire dans sa maison à Jaffa. Les habitants ont rapporté des appels de mosquées invitant à ranger les décorations du mois de ramadan, qui vient de s'achever, pour éviter toute attaque.

Ces hostilités ont éclaté après le début le 10 mai des combats les plus intenses depuis 2014 entre Israël et des groupes armés de Gaza, notamment le mouvement islamiste Hamas au pouvoir dans l'enclave.

À Jaffa, c'est une agression en avril qui a fait éclore des griefs qui couvaient depuis longtemps.

La bataille des logements

Des drapeaux israéliens flottent sur un immeuble.

Des résidents israéliens affichent leurs couleurs dans le quartier historique arabe de Jaffa.

Photo : afp via getty images / AHMAD GHARABLI

Israa Jarbou vit dans un appartement exigu avec neuf personnes, dont son mari, leurs deux enfants et sa belle-mère Etaf.

Mais le quartier change rapidement : leurs voisins arabes, pauvres, sont tour à tour expulsés de leurs logements sociaux remplacés par des appartements luxueux davantage à la portée des Juifs israéliens. La famille Jarbou n'est pas épargnée : elle lutte contre le gestionnaire public de logements sociaux Amidar qui tente de la faire partir.

Lorsque deux hommes de l'école talmudique Meirim Beyafo sont venus dans leur rue mi-avril examiner les lieux en vue d'un achat foncier, le mari d'Israa – Mahmoud, 34 ans – et son frère Ahmad, 36 ans, les ont agressés.

L'incident a été filmé, les deux frères ont été arrêtés.

Ils veulent nous jeter dehors, déplore Etaf, matriarche de 57 ans, affirmant que les deux hommes agressés étaient entrés chez elle.

Et ensuite, ils disent qu'il y a de la violence. Mais ils sont violents envers nous. Moshe Schendowich, directeur exécutif de l'école, affirme qu'il regardait avec Eliyahu Mali, rabbin de l'établissement, la propriété adjacente à celle des Jarbou lorsqu'ils ont été roués de coups. Ils sont affiliés au mouvement qui construit des logements pour les Juifs en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est.

L'organisation de M. Schendowich, financée en partie par l'État, a été fondée il y a 13 ans pour renforcer la communauté juive de Jaffa.

Cette ville, défend-il, n'est pas par définition une ville arabe. Il y a assurément une population arabe ici, et la population arabe y est la bienvenue, mais la communauté juive y est florissante et présente depuis de nombreuses années.

Pour Tony Copti, réalisateur de films et libraire, l'amertume des Arabes de Jaffa remonte à la création d'Israël en 1948.

Avant cette date, la cité portuaire regorgeait de médecins, d'ingénieurs, d'écrivains.

Exode forcé

Deux femmes de confession musulmane assises sur un banc.

Deux femmes relaxent sur un banc dans un parc du quartier historique arabe de Jaffa.

Photo : afp via getty images / AHMAD GHARABLI

Pour les Arabes palestiniens, [Jaffa] était la capitale de l'éducation, du théâtre, du cinéma, des écoles et de la presse, raconte-t-il. C'était un pays à elle seule.

Sur ses 70 000 habitants arabes à l'époque, il n'en restait plus que 3000 en 1948. Les autres ont fui ou ont été expulsés, selon Zochrot, association israélienne documentant les communautés palestiniennes.

Leurs maisons ont été saisies par l'État et attribuées à des habitants pauvres, Juifs comme Arabes, payant un loyer très bas en tant que locataires protégés.

Dans les années 1980, Amidar a commencé à revendre ses propriétés en offrant aux locataires protégés d'acheter leur logement à un prix préférentiel, explique Shani Israeli, sa porte-parole, précisant qu'environ 800 appartements sont actuellement commercialisables à Jaffa.

Selon Amir Badran, natif de Jaffa et conseiller municipal de Tel-Aviv, la plupart des locataires actuels d'Amidar à Jaffa sont arabes et plus d'un tiers sont menacés d'expulsion.

Cet organisme méprise le fait que ces propriétés étaient palestiniennes à l'origine [...] et dédaigne le fait que les Arabes n'ont pas les moyens d'acheter ces propriétés.

Le gestionnaire a ordonné l'expulsion des Jarbou en 2018, arguant de loyers impayés pendant plus de 30 ans.

Ordre annulé au vu de leur longue présence dans ce logement, de leur mauvaise santé et de leurs faibles revenus.

Leur avocat espère désormais leur obtenir le droit d'acheter ce logement ou, du moins, de pouvoir y rester avec un loyer abordable.

Les relations avec Amidar illustrent la discrimination dont les Arabes se disent victimes en Israël, ce qui a renforcé leur solidarité envers les habitants des Territoires palestiniens.

La situation à Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est – près de 500 Palestiniens menacés d'expulsion au profit de colons juifs – résonne auprès des Jarbou.

Jérusalem-Est me brise le coeur, confie Etaf Jarbou.

Plusieurs centaines d'habitants arabes et juifs ont protesté dimanche à Jaffa contre la politique israélienne et pour appeler à la coexistence. Certains brandissaient une branche d'olivier, sous le regard de policiers antiémeute israéliens.

Les Arabes d'Israël n'ont rien fait lors des trois dernières guerres de Gaza. Mais maintenant, avec la discrimination, nous en avons assez, a commenté Muhammad Mansour, manifestant et ingénieur de 34 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !