•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba, nouvel épicentre de la pandémie au Canada

Une infirmière se lave les mains dans un corridor.

Une unité de traitement contre la COVID-19 au Centre des sciences de la santé de Winnipeg.

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

Radio-Canada

Avec le déclin du nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 en Alberta, le Manitoba est maintenant la province qui affiche le plus haut taux d’infections pour 100 000 habitants au Canada.

Dimanche, au Manitoba, le taux d'infection quotidien s'élevait à 33,1 cas pour 100 000 habitants en moyenne ces 7 derniers jours, selon les données de Santé Canada. En Alberta, ce taux était de 32,9 %.

Le Manitoba est la dernière province à l’ouest des Maritimes à vivre une troisième vague, déclenchée par des variants préoccupants plus contagieux et par l’indiscipline de certaines personnes par rapport aux restrictions sanitaires, indiquent les autorités de la santé publique.

Le nombre d’infections a bondi ces dernières semaines, atteignant un record de 560 nouveaux cas quotidiens dans la province jeudi dernier. En moyenne, le nombre de cas de COVID-19 était de 459 cas par jour durant la dernière semaine.

La capitale est particulièrement touchée par cette troisième vague. Les trois quarts des 4440 cas actifs de COVID-19 se trouvent dans la région sanitaire de Winnipeg.

En Alberta, le pic de la troisième vague a été franchi en mai et le nombre de cas quotidiens commence à descendre.

Le Manitoba a resserré les mesures sanitaires durant les dernières semaines, avec la fermeture des restaurants et des gymnases, notamment, mais aussi d’un grand nombre d’écoles de la province.

Suivre les ordonnances et se faire vacciner

Le médecin hygiéniste en chef adjoint du Manitoba, Jazz Atwal, exhorte les Manitobains à respecter les ordonnances de santé publique et à se faire vacciner dès que possible.

Tous les Manitobains âgés de 12 ans et plus peuvent maintenant prendre rendez-vous pour leur première dose de vaccin, ce qui aidera à réduire le nombre de cas, d’hospitalisations et d’admissions aux soins intensifs, a-t-il rappelé dans une déclaration écrite dimanche.

La santé publique continuera à surveiller la situation au Manitoba et prendra les actions nécessaires , a-t-il ajouté.

De son côté, le bureau du premier ministre, Brian Pallister, a affirmé que l’augmentation du nombre de cas rappelle l’importance, pour les Manitobains, de suivre les consignes de santé publique et de rester à la maison quand cela est possible.

Brien Pallister est vu de près et est en train de parler et de faire des gestes.

Le premier ministre du Manitoba Brian Pallister lors d'un point de presse portant sur la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Comme d’autres provinces avant nous, nous sommes au milieu de la troisième vague et nous avons besoin que tout le monde [...­] aide à protéger les autres et à aplatir la courbe de COVID-19, a déclaré par écrit une porte-parole du premier ministre dimanche. Nous l’avons fait avant, nous pouvons le refaire.

Selon le chef du NPD du Manitoba, Wab Kinew, toutefois, la gestion de la pandémie par le gouvernement progressiste-conservateur a joué un rôle dans le déclenchement de la troisième vague.

C’est là un autre sombre jalon pour le Manitoba et le gouvernement Pallister, un jalon qui est plus que des points de données. De vraies personnes tombent malades, sont isolées de leurs amis et de leur famille, et même vont à l’hôpital, affirme Wab Kinew dans une déclaration.

Selon des projections dévoilées vendredi par les autorités sanitaires, le nombre de cas quotidiens pourrait se stabiliser cette semaine, mais le nombre de personnes admises aux soins intensifs pourrait continuer de monter jusqu’à la mi-juin.

Avec les informations de Bartley Kives

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !