•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bulle atlantique : l'industrie touristique reste dans le doute

Deux bancs devant une petite baie.

Les touristes seront-ils au rendez-vous cet été en Acadie? L'industrie demeure dans le doute.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'ouverture des frontières du Nouveau-Brunswick au reste du Canada cet été semble de moins en moins probable, ce qui fait craindre à l’industrie touristique un autre coup dur.

Le premier ministre Blaine Higgs a dit espérer, jeudi, que la bulle atlantique soit rétablie vers le 1er juillet, ce qui permettrait les déplacements entre les quatre provinces sans obligation de quarantaine. Mais en ce qui concerne l'ouverture aux autres provinces canadiennes, il a aussi reconnu que c’est peu probable.

Est-ce possible? Oui. Est-ce probable? Probablement non.

Une citation de :Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

C'est sûr qu'en entendant ça, c'est une déception au niveau de l'industrie touristique, affirme le directeur du développement touristique à l’Office du tourisme de la Péninsule acadienne, Yannick Mainville.

Devant la baie de Bouctouche, Jean-Charles Allain prépare son gîte pour la saison estivale. Il craint de connaître un deuxième été catastrophique si les frontières interprovinciales demeurent fermées aux touristes.

Ça ne s'annonce pas bien si c'est ça qui va arriver, parce que l'année passée a été ma pire année, affirme Jean-Charles Allain, propriétaire du gîte Au bord de la baie.

Après avoir connu une année record en 2019, le tourisme s'est effondré en 2020 à cause de la pandémie de COVID-19.

Environ 60 % de la clientèle habituelle du gîte Au bord de la baie sont des Canadiens qui viennent de l'extérieur des Maritimes.

Au niveau de l’industrie, ça va faire dur parce qu’il y a des gens, je pense, qu’une deuxième saison ne va pas aider leur situation financière, indique M. Allain.

Jean-Charles Allain interviewé devant son gîte touristique.

Jean-Charles Allain, propriétaire du gîte Au bord de la baie, à Bouctouche, envisage de fermer définitivement son entreprise si les choses ne s'améliorent pas,

Photo : Radio-Canada

Les Québécois pourraient être absents dans la Péninsule acadienne

Les touristes québécois risquent de briller par leur absence dans la Péninsule acadienne. Ils constituent en temps normal la majorité des visiteurs.

Ça peut varier de 40 % à 75 % des réservations du Québec. Donc, si les frontières, advenant le cas dans les prochaines semaines qu’il n’y a aucune annonce ou aucune amélioration de l'ouverture des frontières, les opérateurs devront annuler ces réservations-là, explique Yannick Mainville.

À Bouctouche comme ailleurs tout le long de la côte acadienne, la bulle atlantique l’an dernier n'a pas su attirer les touristes de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard.

On s’approche très vite, à grands pas, de la saison touristique, mais personne n'est sûr d’où on va. Alors, les réservations sont très basses, presque pas, déplore M. Allain.

Des gens marchent sur un trottoir de bois le long de la côte.

Des entrepreneurs craignent de connaître un deuxième été catastrophique si les frontières provinciales demeurent fermées aux touristes.

Photo : Radio-Canada

Âgé de 70 ans, Jean-Charles Allain se prépare déjà à annuler ses quelques réservations pour une deuxième année de suite.

Je peux peut-être me permettre de fermer les portes pour tout le temps. J'y pense. Si ça continue, je pense de terminer ça, dit-il.

L'été 2021 sera peut-être le dernier pour d'autres entreprises touristiques à bout de souffle.

D’après un reportage de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !