•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La possible fusion des services hospitaliers à Moncton continue d’inquiéter

Bâtiment de l'hôpital et enseigne devant.

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont le 8 octobre 2020 à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo : La Presse canadienne / Marc Grandmaison

Radio-Canada

L’idée de jumeler les services de l’Hôpital de Moncton et du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont ne fait toujours pas l’unanimité.

Un ancien ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Mike Murphy, ne voit pas d’un bon oeil cette idée, appuyée la semaine dernière par le premier ministre Blaine Higgs, comme moyen potentiel d’alléger la grave pénurie d’infirmières.

À son tour, M. Murphy émet l’opinion qu’une telle fusion des services entre les deux hôpitaux de Moncton empiéterait sur les droits des Néo-Brunswickois francophones.

Quand tu fusionnes le personnel, les infirmières, le service médical, n'importe quoi (...) C’est plutôt quelque chose qui interrompt la gérance de la minorité, de leurs institutions culturelles, dit Mike Murphy, qui a été ministre de la Santé de 2006 à 2009 sous le gouvernement libéral de Shawn Graham.

Mike Murphy en entrevue par webcam.

Mike Murphy, ancien député de Moncton-Nord et ancien ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, en entrevue le 16 mai 2021.

Photo : Radio-Canada

Un « affront à la communauté francophone »

Depuis que le premier ministre Higgs a démontré une ouverture envers l’idée, plusieurs voix dans la communauté acadienne se sont élevées pour dire que le CHU Dumont joue un rôle essentiel : c’est le plus grand hôpital francophone de la province, mais aussi un centre de formation pour un grand nombre de futurs professionnels de la santé.

Nous sommes d’avis que le CHU Dr-Georges-L-Dumont a un rôle de leader en matière clinique, et qui dépasse celui de la prestation de service, soit celui de donner un environnement de travail en français qui garantit une vitalité de notre langue, a d’ailleurs fait savoir, vendredi dans un communiqué, le Conseil des médecins et dentistes du CHU Dumont.

Parlant d’un affront à la communauté francophone [qui] dépasse la question de prestation de soins, le groupe de professionnels de la santé estime de plus que de jumeler les services ne règlerait rien.

Dans les deux hôpitaux de Moncton, les services offerts sont déjà à capacité maximale, et en les fusionnant n’augmentera pas l’offre et le volume de services médicaux, et de facto en fera la réduction, affirment les médecins et dentistes du CHU Dumont.

Le Dr Louis-Marie Simard, signataire d’une lettre ouverte sur la situation, comprend mal la logique qui sous-tend une éventuelle fusion des services, car le manque de personnel n'est pas unique à un établissement.

C'est pas en associant deux pauvres qu'on va faire de la richesse, a-t-il déclaré vendredi au Téléjournal Acadie.

Hôpitaux : l'idée de fusionner certains services débattue

Le groupe Égalité santé en français promet quant à lui de se mobiliser et se battre contre toute proposition de diminutions de service à l’hôpital du réseau de santé Vitalité.

Une fusion des services de santé entre le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont et le Moncton Hospital est inacceptable, irrecevable et viole les droits de la communauté francophone et acadienne, a déclaré Jacques Verge, le secrétaire d’Égalité santé en français, dans un communiqué, vendredi.

À la recherche de solutions à la pénurie de personnel

L’ancien ministre Mike Murphy préconise des solutions à plus long terme pour combattre la pénurie de personnel, comme une réorganisation du travail et une meilleure stratégie de recrutement.

Selon lui, le gouvernement actuel devrait investir davantage car il en a les moyens.

Augmenter les salaires, augmenter les incitatifs pour venir au Nouveau-Brunswick.

Une citation de :Mike Murphy, ancien ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

D’après le premier ministre Blaine Higgs, des discussions auront lieu cette semaine pour étudier la possibilité d'une collaboration rapprochée entre les deux hôpitaux de Moncton.

D'après le reportage de Marie-Ève Brassard et avec des renseignements de Margaud Castadère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !