•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison Pollack sera consacrée à la diversité culturelle

Quatre ans après l'attentat de la grande mosquée, Québec se dote d'une stratégie en matière de diversité, d'équité et d'inclusion.

45a908d6b5194328ba1d557d96c75211

La Maison Pollack deviendra un lieu phare de la diversité culturelle à Québec, après de longs travaux de rénovation.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

La Maison Pollack deviendra un lieu de rencontres pour les communautés culturelles et pour tous les citoyens de Québec. Il s'agit de l'une des nombreuses mesures annoncées dimanche dans le cadre de la stratégie du vivre-ensemble lancée par l'administration du maire Régis Labeaume.

Quatre ans et demi après la tuerie qui a fait six morts de confession musulmane à la grande mosquée, le maire présentait dimanche la nouvelle stratégie de la Ville de Québec en matière de diversité, d’équité et d’inclusion.

Sur les 10,5 millions $ réservés pour sa mise en place, le tiers ira au réaménagement de la Maison Pollack, nouvellement propriété de la Ville. Nous allons doter Québec d'une maison de la diversité [...] et cette maison-là sera la Maison Pollack, a annoncé Régis Labeaume en conférence de presse.

Le maire de Québec Régis Labeaume

Avant de quitter la politique, Régis Labeaume met en place une stratégie de vivre ensemble pour la Ville de Québec, laquelle prévoit des investissements de 10,5 millions $ sur trois ans.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

« Se faire découvrir »

L'immeuble patrimonial de la Grande Allée deviendra un lieu de rendez-vous pour les communautés culturelles et pour tout le monde à Québec, a expliqué M. Labeaume. Il a au passage indiqué que le bâtiment était repéré par la Ville depuis un certain temps, spécifiquement pour cette maison de la diversité.

Lieu permanent de rassemblement, de partage et d’apprentissage des cultures, les citoyens pourront s’y rencontrer, partager leurs connaissances culinaires, y voir des spectacles, précise le communiqué émis par la Ville de Québec en marge de cette annonce.

La volonté des communautés culturelles est d'y recevoir l'ensemble de la population pour qu'elles puissent se faire découvrir, a dit M. Labeaume. Le maire a aussi laissé entendre que d'autres endroits ailleurs en ville pourraient avoir la même vocation dans le futur.

La Maison Pollack

La Maison Pollack a grand besoin de soins.

Photo : Radio-Canada / Hugo Pothier

Travaux urgents

La Maison Pollack aura grand besoin de soins avant de pouvoir accueillir ses premiers invités.

Mal en point, elle est devenue la propriété de la Ville, fin avril, après un long processus d'expropriation de son précédent propriétaire. Quelque 120 000 $ seront investis à court terme pour la sécuriser, a expliqué Régis Labeaume. Des travaux devraient débuter au cours des prochaines semaines.

Une enveloppe de 3 millions $ est ensuite prévue pour la mise à niveau du bâtiment. La Ville n'aura pas le choix d'aller en appel d'offres pour cette portion des travaux, a concédé le maire.

En parallèle de ces rénovations majeures, la Ville lancera un programme fonctionnel et technique pour identifier les besoins et les fonctions du lieu. Ce programme-là va se faire avec des représentants de toutes les communautés, a promis Régis Labeaume.

Si tout se passe bien, la Ville espère que la maison de la diversité sera prête à l'intérieur de trois ans. Le plus important, estime le maire, est de réaliser le projet selon les volontés des communautés.

Mohamed Labidi, vice-président de la mosquée où s'est produit l'attentat, entouré du premier ministre Philippe Couillard et du maire de Québec Régis Labeaume

La tragédie de la grande mosquée a marqué les esprits à Québec. Régis Labeaume a récemment déclaré qu'il s'agit de sa pire nuit à titre de maire.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Représentativité et équité

La réfection de la Maison Pollack n'est qu'un morceau parmi une série de mesures annoncées dimanche dans le cadre de la nouvelle stratégie du vive-ensemble.

La politique couvre autant les minorités ethniques, les peuples autochtones, la communauté afro-québécoise, les minorités religieuses, la communauté LGBTQ+ ou encore les personnes en situation de handicap.

Elle est le fruit d'un vaste travail de réflexion amorcé en octobre dernier, quand la Ville de Québec a embauché Iréna Florence Harris à titre d’experte-conseil en diversité, équité et inclusion. Mme Harris, en poste pour trois ans, a été mandatée pour accoucher de la politique et des mesures à appliquer.

Quand on parle de diversité, c'est vraiment la représentation de tous nos citoyens. Que tout le monde soit représenté dans tous les aspects de notre société. [...] L'équité, c'est de donner aux gens les outils dont ils besoin pour réussir.

Une citation de :Iréna Florence Harris,

La Ville se donne notamment comme objectif d'embaucher des employés issus des communautés culturelles. La cible est d'atteindre le poids démographique pour chacune des communautés représentées, a indiqué Régis Labeaume.

Mme Harris et M. Labeaume ont toutefois admis qu'ils avaient du mal à faire le portrait des effectifs en présence. Ils invitent les employés municipaux à s'autodéclarer afin de contribuer à savoir d'où on part. Le maire assure qu'il trouvera des solutions si certains sont réticents à le faire par crainte d'être discriminés.

Les secteurs évènementiel et artistique seront également mis à contribution dans cet effort de représentativité de la Ville de Québec.

En plus de consentir des sommes à divers projets et divers organismes, la Ville bonifie son aide financière à des festivals, dont la Fête arc-en-ciel et la Saint-Patrick. Le Carnaval de Québec développera également un volet culturel découlant de la stratégie de la Ville lors de sa prochaine présentation, en 2022.

Denis Turcotte lors d'une conférence de presse avec son uniforme de policier.

Denis Turcotte, chef du Service de police de la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada

La police aussi

Le Service de police de la Ville de Québec prendra lui aussi des mesures supplémentaires afin de sensibiliser ses policiers aux réalités des minorités, mais aussi pour être plus représentatif de l'ensemble de la démographie sur son territoire.

Le maire Régis Labeaume et le chef de police, Denis Turcotte, feront pression sur le provincial afin de faire reconnaître un projet d'attestation d'études collégiales visant à recruter des policiers issus des communautés culturelles.

D'une durée d'un an, ce programme AEC permettrait de gonfler les rangs avec des policiers ayant d'autres expériences de vie et des études dans d'autres domaines, selon le maire Labeaume. L'inscription sera assortie d'une promesse d'embauche pour les candidats qui parviendraient à terminer le parcours scolaire et universitaire avec succès.

Les trois axes de la stratégie

Diversité : veiller à ce qu’il y ait, au sein du bassin d’employés municipaux, une représentation de la diversité au moins égale à celle qu’on retrouve dans la population.

Équité : créer des pratiques qui garantissent que tous les employés disposent des outils ou des moyens dont ils ont besoin pour réussir.

Inclusion : veiller à ce que la diversité de notre société se reflète à tous les niveaux hiérarchiques au sein des services municipaux.

 

Source : Ville de Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !