•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet n'attend pas l'autre à l'aéroport de Mont-Joli

15 millions de dollars sont demandés pour une réfection majeure de l'aérogare.

Un aérogare et un tour de contrôle en dessin.

Voici le croquis de la nouvelle aérogare de Mont-Joli. La section du milieu, surélevée, sera construite pour relier les deux sections de l'actuelle aérogare.

Photo : Courtoisie : Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli

Après avoir obtenu 11 millions de dollars d'Ottawa pour refaire la piste principale la semaine dernière, la Régie intermunicipale de l'aéroport de Mont-Joli planche sur une réfection majeure de l'aérogare incluant une construction sur deux étages.

Le passager patientant avant un vol Mont-Joli–Sept-Îles sur Québecair, il y a 45 ans, ne serait guère trop dépaysé s'il revenait s'asseoir sur un des sièges de l'aérogare aujourd'hui.

On est à l'étroit et il n'y a pas eu d'investissement notable dans le bâtiment depuis 1972, soutient le président de la Régie et préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.

En fait, si les lieux n'ont pas vraiment changé, le passager en question se sentirait cependant un peu plus à l'étroit. Agrandir de l'intérieur a ses limites, mentionne M. Paradis, qui ajoute que le projet de 15 millions de dollars est une nécessité.

Une petite salle d'attente avec quelques rares bancs dans une aérogare.

On est de plus en plus à l'étroit dans l'aérogare de Mont-Joli.

Photo : Radio-Canada

Les espaces communs sont de plus en plus limités, surtout depuis l'aménagement d'une seconde salle d'attente sécurisée. De plus, note le président de la Régie, il y a des entreprises qui veulent nous louer des locaux et on n'est pas en mesure de leur en louer.

Bruno Paradis, devant l'aéroport de Mont-Joli.

Bruno Paradis, président de la Régie intermunicipale de l’aéroport régional de Mont-Joli (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

On parle ici d'entreprises qui achemineraient des produits vers les chantiers miniers du Nord, mais aussi pour l'expédition de produits régionaux vers les grands centres. On n'est pas en mesure de leur fournir des infrastructures à ce moment-ci, ajoute le préfet de La Mitis.

Deux sections de l'aérogare avec un terrain inoccupé entre les deux.

C'est sur ce terrain vague que sera aménagée une nouvelle section de l'aérogare qui va relier le bâtiment principal à celui de la tour de contrôle.

Photo : Radio-Canada

La nouvelle aérogare pourrait aussi servir de salle d'attente pour les passagers qui utiliseront le transport collectif.

On veut devenir le hub de l'est pour le transport

Une citation de :Bruno Paradis, président de Régie intermunicipale de l'aéroport de Mont-Joli

La réfection de l'aérogare constitue le plus important projet depuis que la Régie formée des MRC de La Mitis, de La Matanie, de La Matapédia et de Rimouski-Neigette est propriétaire de l'aéroport.

Un projet pour la relance

Le projet a été déposé auprès de Développement économique Canada (DEC) dans le cadre de l'Initiative pour le transport aérien régional, qui permet de financer jusqu'à 90 % des coûts des travaux.

Le tarmac de l'aéroport de Mont-Joli.

Le tarmac de l'aéroport de Mont-Joli

Photo : Radio-Canada

Ce programme est doté d’un budget total de 206 millions de dollars, dont 59,2 millions réservés pour le Québec. Mais il n'y a jamais assez de fonds pour tous les projets sur la table, lance la députée d'Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia, Kristina Michaud.

La politicienne porte un veston. Son regard est tourné vers le chef du Bloc québécois.

Kristina Michaud, députée bloquiste d'Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La députée bloquiste croit qu'Ottawa devra bonifier ce programme rapidement, comme il vient de le faire avec le Programme d'aide aux immobilisations aéroportuaires de Transports Canada, la semaine dernière.

Des travaux en accéléré

Puisque l'Initiative pour le transport aérien régional est un programme d'infrastructure mis en place pour relancer rapidement l'économie après la COVID-19, l'une des conditions pour obtenir l'argent est que les travaux soient terminés en mars 2022.

Pour économiser du temps précieux, Bruno Paradis explique que les administrateurs de l'aéroport ont décidé d'amorcer la phase préparatoire il y a quelques mois déjà, même si le financement n'est pas encore accordé.

On est déjà avancés, les plans et devis sont pas mal déjà réalisés. On espère des réponses dans les prochaines semaines, conclut le préfet et maire de Price.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !