•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victorieux à son premier combat, Alexandre Gaumont veut se battre devant parents et amis

Alexandre Gaumont en train de donner un coup de poing à son adversaire.

Alexandre Gaumont avoue avoir dû «chasser la rouille» lors du premier round, lui qui ne s'était pas battu en plus d'un an.

Photo : Vincent Ethier/Eye of the Tiger Management

Après avoir réussi son entrée en scène dans le monde de la boxe professionnelle, Alexandre Gaumont (1-0) et son promoteur ont les yeux rivés sur la prochaine étape de son parcours de pugiliste : un second combat le 16 juillet, à Gatineau, idéalement devant parents et amis.

Tombeur du Torontois Mikhail Miller (3-5-1) par décision unanime au terme d’un affrontement de quatre rounds, le Gatinois est satisfait de sa prestation livrée à huis clos, COVID-19 oblige.

Je pense avoir livré une bonne performance. Avec toute la publicité de cette semaine qui disait que j’étais un bon cogneur, j’aurais aimé pouvoir [achever] mon adversaire, mais je suis fier d’avoir pris de l’expérience. Ce sera plus bénéfique à long terme qu’un K.-O. après une minute, a-t-il confié à Radio-Canada au lendemain de cette grande étape dans sa carrière.

L'arbitre lève le bras droit d'Alexandre Gaumont, pour lui confirmer sa victoire.

Alexandre Gaumont a senti le soutien des siens, qui ont suivi l'action de la maison.

Photo : Vincent Ethier/Eye of the Tiger Management

Lui donner un adversaire plus expérimenté avec un solide menton qui lui permet d’encaisser les coups, tel était le but du grand patron d'Eye of the Tiger Management (EOTTM), Camille Estephan, qui gère la destinée d’Alexandre Gaumont.

C’était volontaire, on voulait le mettre devant un tough qui ne s’est jamais fait passer le K.-O. et je suis très fier. Il a bien fait ça comme un vétéran aguerri. Il n’a pas paniqué. Maintenant, il sait c’est quoi la boxe professionnelle, a commenté Camille Estephan.

Depuis quelques années, le boxeur de 25 ans doit composer avec des problèmes d’anxiété, qui l’ont notamment éloigné de son sport pendant un an tellement la nervosité occupait une place trop importante. Maintenant médicamenté et mieux outillé pour la gérer, ce n’est désormais plus un obstacle.

Je me suis senti bien et calme toute la semaine. Je me sentais vraiment à ma place. Je suis très fier de mon cheminement.

Une citation de :Alexandre Gaumont, boxeur professionnel

Pour le promoteur d’EOTTM, le ciel est la limite d’Alexandre Gaumont, mais il veut y aller une étape à la fois avant d’envoyer son poulain dans les ligues majeures de la boxe professionnelle. Il aimerait que celui-ci retourne dans le ring le 16 juillet, idéalement à Gatineau, devant parents et amis qui l'encourageront à pleins poumons.

C’est mon objectif d’organiser un gala à Gatineau, on croit beaucoup à ce marché, surtout avec Alexandre qui sera assurément sur la carte, mais ça va dépendre de la situation de la COVID-19 et de la santé publique. Sinon, ce ne sera que partie remise.

Se battre à la maison, devant ses parents, sa copine, ses amis et tous ses partisans, Alexandre Gaumont en rêve depuis longtemps. Ça va être quelque chose! Ce sera comme mon vrai début de boxe professionnelle. Avec tous les gens dans les gradins, ce serait un boost d’énergie incroyable que j’aurais aimé avoir hier soir!

Alexandre Gaumont en train de donner un coup de poing à son rival.

La plus grande fierté d'Alexandre Gaumont : la bonne gestion de son anxiété. «Je me suis senti bien et calme toute la semaine.»

Photo : Vincent Ethier/Eye of the Tiger Management

Assiduité et paternité

En attendant son retour dans le ring, celui que l’on surnomme le Tigre de Buckingham continuera de fréquenter le gymnase sur une base presque quotidienne. Il y sera dès lundi, question de rester actif. En trois ans, j’ai pris environ 10 jours de congé. Pour moi, s’entraîner n’est pas une corvée, j’adore ça. J’ai déjà hâte à mon prochain combat. L’adrénaline que j’ai ressentie [samedi], c’est un feeling incroyable.

Parlant de grandes émotions, Alexandre et sa copine Mérika en vivront beaucoup à la fin du mois de juin avec la venue de leur premier enfant. On a hâte de lui voir la face!

À savoir s’il mettra les gants, le futur père répond que les chances sont bonnes qu’il imite l’ensemble du clan Gaumont, qui ne vit que pour le noble art.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !