•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suspension des services : un dur coup pour les adultes avec déficiences intellectuelles

David Kron est debout près d'une autre personne en chaise roulante.

David Kron est le directeur général de l'Association manitobaine de la paralysie cérébrale. Il espère que les programmes suspendus par la province seront de retour rapidement.

Photo : Gracieuseté David Kron

Radio-Canada

Tous les programmes de jour offerts à Winnipeg par les Services d’intégration communautaire des personnes handicapées sont suspendus pour deux semaines à compter de lundi.

La province explique cette décision, annoncée vendredi, par des prévisions selon lesquelles le nombre de patients ayant des déficiences intellectuelles qui se retrouvent aux soins intensifs pourrait dépasser les pires scénarios de la troisième vague.

Mais pour les défenseurs des droits des personnes vivant avec des déficiences intellectuelles, cette annonce est un dur coup.

C’est leur univers, pendant la journée, explique le directeur général de l’Association manitobaine de la paralysie cérébrale, David Kron. C’est leur groupe de pairs, c’est comme se rendre au bureau pour travailler.

Ces programmes de jour offrent des services divers. Dans certains cas, ils permettent aux adultes avec des déficiences intellectuelles de rencontrer des amis pendant la journée, et dans d’autres ils leur donnent une expérience de travail.

En réponse aux questions de journalistes, samedi, le médecin hygiéniste en chef adjoint Jazz Atwal a dit que l’impact de la pandémie se fait sentir partout dans la province et que ces services ne sont pas épargnés.

Il y a eu des cas parmi ces groupes, précise-t-il, et il y a eu beaucoup de contacts aussi, simplement en raison de la nature du travail qui s’y fait, un travail qui comprend souvent des activités en groupe ou des sessions individuelles.

Parce que ce sont des clients avec des déficiences et qu’ils ont de grands besoins, nous avons conclu que la meilleure approche serait de mettre ces services sur pause pour une période de deux semaines, ajoute le Dr Atwal.

Le médecin indique que les familles ont été fortement impliquées dans la décision de la province. Il pourrait y avoir des exceptions si la sécurité d'une personne ne peut être assurée dans la maison de soins ou le logement où elle vit pendant le jour, dit-il.

Le ministère des Familles du Manitoba appuiera aussi le transport du personnel de ces programmes vers les endroits où les personnes concernées vivent, indique le Dr Atwal.

Ceux qui restent à la maison pourront rester en communication avec leur famille et leurs proches à l’aide de rencontres virtuelles et d'autres technologies.

Samedi, un porte-parole provincial n’était pas en mesure de préciser combien de personnes sont touchées par cette interruption de service.

David Kron dit avoir été mis au courant de la suspension des programmes juste avant l’annonce publique de vendredi.

Selon lui, les familles qui comptent sur ces services pour appuyer leurs proches pendant le jour n’ont pas eu suffisamment de temps pour se préparer et trouver des solutions alternatives.

C’est difficile quand tu as seulement une fin de semaine pour organiser un plan B, dit-il.

Occasions sociales et soins de répit

Wendy Claydon-Preteau est bien au fait de cette situation. Les programmes de jour auxquels sa fille Kristen Claydon participait ont été annulés il y a plus d’un an, dit-elle.

Wendy Claydon-Preteau avait été informée par un appel téléphonique il y a 14 mois.

Ça nous a tous pris par surprise, dit-elle. C’était un très court préavis. On a juste essayé de tenir le coup, de nous organiser et de nous assurer que tout le monde est en sécurité.

Selon sa mère, Kristen Claydon, qui a 25 ans et est atteinte de paralysie cérébrale, n’a toujours pas pu retourner au programme de jour qu’elle fréquentait.

Perdre ce service a aussi signifié perdre une partie de leur indépendance, explique Wendy Claydon-Preteau. Sa fille qui est confinée à la maison a besoin de soins pendant la journée. Elles seront heureuses toutes les deux quand le service sera remis sur pied.

Ce sera merveilleux pour elle. Elle pourra quitter la maison et reprendre une partie de sa vie normale, être entourée de gens qu’elle apprécie, avec qui jaser, dit Wendy Claydon-Preteau.

Le retour des services de jour signifie aussi plus de moments de répit pour les proches aidants comme elle, dit-elle.

David Kron est lui aussi atteint de paralysie cérébrale. Les services de jour offrent un appui essentiel pour les personnes ayant des déficiences intellectuelles et leurs familles, rappelle-t-il. Alors que de plus en plus de Manitobains sont vaccinés, il espère que ces services seront de nouveau disponibles rapidement.

Je prie pour qu'on en finisse rapidement avec tout ça, que tout le monde ait son vaccin et qu’on élimine toutes ces barrières, dit-il.

Samedi, la province a annoncé qu’un peu plus de la moitié des adultes avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 au Manitoba à ce jour.

Avec des informations de Caitlyn Gowriluk, CBC

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !