•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel à la prudence sur les plans d’eau de la rivière des Outaouais

Deux personnes se trouvent à bord d'un bateau par beau temps.

Plusieurs ont mis leur embarcation à l'eau, samedi, sur la rivière des Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Radio-Canada

La Société de sauvetage réitère, avec le retour du beau temps, l'importance d’être prudent sur les plans d’eau et de porter une veste de flottaison individuelle en tout temps.

Il faut la porter pour faire la différence et avoir des anecdotes à raconter, a dit le directeur général de la division québécoise de l’organisation, Raynald Hawkins, samedi en entrevue. Bien des drames sont évitables en appliquant cette mesure à la lettre, a-t-il souligné.

Selon un sondage réalisé par la firme Léger pour l'assureur Allstate, seuls 42 % des Canadiens âgés de 18 à 34 ans affirment toujours porter une veste de flottaison quand ils se retrouvent sur une embarcation.

La Société de sauvetage veut améliorer les choses à ce chapitre et prévoit faire des campagnes de sensibilisation au cours de l'été.

En 2020, 80 des 95 noyades se sont produites sur des plans d’eau naturels, au Québec. Dans 31 cas, une embarcation était impliquée.

[Allstate] dit qu’elle reçoit une demande de soumissions beaucoup plus grande que les années antérieures pour les piscines résidentielles, pour les embarcations, pour les sports de pagaie, pour les locations ou achats de chalets, a poursuivi M. Hawkins.

Face aux risques de noyades qui se profilent à l’horizon, le directeur général de la Société de sauvetage pour le Québec, a rappelé qu’il est important de se familiariser avec les plans d’eau avant de s’y aventurer.

À partir du moment où la baignade va commencer, il faut vraiment prendre conscience qu’il ne faut jamais se baigner seul. Une fois sur deux, les gens sont seuls et personne ne peut les aider à déclencher les mesures d’urgence, a-t-il ajouté.

La Société de sauvetage s'inquiète aussi de l'impact de l'interruption des cours de natation, au cours de la dernière année, sur la sécurité des enfants.

M. Hawkins recommande qu’un « sauveteur désigné » soit nommé responsable de surveiller les enfants sans se laisser distraire, par exemple, par le télétravail ou le jardinage.

Avec les informations de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !