•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’autres partis espèrent tirer profit de la désunion des conservateurs unis

Un partisan du Wexit porte une casquette sur laquelle on peut lire le slogan "Make Alberta Great Again".

Le Parti de l'indépendance Wildrose compte parmi les formations politiques qui courtisent les députés insatisfaits de Jason Kenney.

Photo : Reuters / Todd Korol

Radio-Canada

Certains partis albertains espèrent faire leurs choux gras des récentes querelles internes du Parti conservateur uni, y voyant tant des candidats potentiels à opposer aux forces de Jason Kenney qu’une relance possible du mouvement souverainiste albertain.

Le chef intérimaire du Parti de l’indépendance Wildrose, Paul Hinman, dit avoir eu des discussions confidentielles avec des députés conservateurs unis qui, selon lui, seraient frustrés par ce qui se passe dans leur parti.

L'expulsion des députés Todd Loewen et Drew Barnes, jeudi, lui redonne espoir. Ça nous donne du carburant et du vent dans les voiles, affirme-t-il.

Les critiques des deux députés ayant mené à leur exclusion du parti ont été l’occasion pour le Wildrose de lancer une campagne de séduction auprès de potentiels conservateurs unis mécontents, explique le chef du parti.

Notre porte est toujours ouverte pour ceux qui militent pour la liberté et ceux qui pensent par eux-mêmes.

Le Parti de l’indépendance Wildrose est né de la fusion du Parti Wexit Alberta et du Parti conservateur libre et compte, selon son chef intérimaire, 7500 membres dans la province.

Le parti tient, ces jours-ci, sa course à la chefferie. La période de mises en candidature s’est terminée vendredi et le seul candidat inscrit était Paul Hinman, précise le président du parti, Rick Northey.

Circonspection chez les députés dissidents

Même s’il a déjà dit vouloir une Alberta plus autonome, Drew Barnes se montre circonspect quant à son avenir.

Il s’est dit surpris d’avoir été exclu du caucus conservateur uni. Il siégera comme indépendant jusqu’à ce qu’il ait parlé de son avenir à sa famille et à ses électeurs.

CBC a tenté de joindre les 15 autres députés signataires de la lettre d’opposition aux mesures sanitaires du gouvernement.

La seule réponse est venue du député de Lacombe–Ponoka, Ron Orr, qui a affirmé, dans une déclaration, que Jason Kenney a été juste et transparent avec son caucus.

Je crois également que [Jason Kenney] est le leader que Dieu a appelé à servir en ces temps difficiles que je n’aime pas plus que vous, écrit-il.

De son côté, le Parti albertain dit ne pas avoir communiqué avec les députés désunis, mais sa chef intérimaire, Jacquie Fenske, souligne qu’elle a reçu plusieurs commentaires d’électeurs.

Selon elle, l’éviction de deux députés du caucus est la goutte qui a fait déborder le vase pour ceux qui croient dans la décentralisation des décisions politiques.

Ils vont se chercher une nouvelle affiliation, explique-t-elle.

Avec les informations de Janet French, Carolyn Dunn, Michelle Bellefontaine and Audrey Neveu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !