•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des intervenantes en petite enfance manifestent devant les bureaux de Sonia Lebel

Un enfant de dos qui tient une pancarte avec des intervenantes en petite enfance en arrière-plan.

Une centaine d'intervenantes en petite enfance ont manifesté samedi matin devant les bureaux de la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel, sur la rue Barkoff.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Radio-Canada

Le réseau de la petite enfance est en train de « frapper le mur ». C’est le message qu’ont porté les quelque 150 personnes rassemblées samedi matin devant les bureaux de la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel, sur la rue Barkoff à Trois-Rivières.

La FIPEQ, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, réclame une rémunération qui reconnaît la valeur du travail réalisé par ses professionnelles.

On aimerait être reconnues pour rester motivées pour donner le meilleur de nous-mêmes parce que les enfants ont besoin de nous.

Une citation de :Une manifestante

Si on veut créer des places, ça prend des éducatrices, ça prend des intervenantes. C’est comme l’espoir de la dernière chance. Est-ce que c’est la dernière grosse négo qu’on fait? Parce que si on n’obtient pas ce qu’on veut, c’est tout le réseau qui frappe le mur, a souligné la présidente de la FIPEQ, Valérie Grenon.

La fédération syndicale soulève aussi le manque de relève, que ce soit à cause des professionnelles de la petite enfance qui quittent le secteur ou le faible nombre d’inscriptions dans les programmes de techniques d’éducation à l’enfance. Elle souligne de plus la lourdeur de la charge de travail pour ses membres.

La députée péquiste Véronique Hivon est partie de Joliette ce matin et n’aurait pas voulu être ailleurs pour tout l’or du monde dans le but d’appuyer les éducatrices. La porte-parole du Parti québécois pour la famille a livré une allocution très sentie.

Votre combat, c’est mon combat et c’est le combat de toutes les femmes du Québec!, a-t-elle lancé. Il faut lutter contre la pénurie des éducatrices […], les rémunérer à la hauteur de la tâche.

Ce qu’on vit en ce moment n’a aucun sens, a poursuivi Mme Hivon qui a hâte qu’il [le ministre Mathieu Lacombe] donne un début de commencement de réponse à mes questions!

Elle juge d’ailleurs que les nouvelles places temporaires en CPE annoncées cette semaine sont insuffisantes.

Ce qu’on voit en ce moment, ce sont de petits pansements, petits diachylons, sur une plaie ouverte béante, donc d’avoir quelques dizaines de places ici et là, tout le monde va accueillir chaque place de plus, mais quand il en manque plus de 50 000, ça prend des actions solides.

La convention collective des intervenantes dans les milieux de la petite enfance est échue depuis mars 2020.

Dans une déclaration écrite, une porte-parole de la présidente du Conseil du Trésor a indiqué que Sonia LeBel ne commentera pas parce que les négociations sont en cours.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !