•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Direction Tokyo pour le Shawiniganais Mathieu St-Pierre

Un homme dans une embarcation le pouce en l'air souriant à la caméra.

Mathieu St-Pierre à la suite de sa qualification pour les Jeux paralympiques de Tokyo.

Photo : Facebook / Julianne Morin-Nolet

Radio-Canada

Mathieu St-Pierre l’attendait depuis longtemps, mais voilà qui est chose faite. L’athlète de Shawinigan a reçu son laissez-passer pour les Jeux paralympiques de Tokyo.

C'est une cinquième place en VL2 200 mètres à la Coupe du monde de para canoë en Hongrie qui lui a permis de décrocher son billet d'avion pour le pays du soleil levant. Il s’agit de surcroit de son meilleur résultat en carrière.

Il y a beaucoup de pression qui est tombée après la course. Ça a vraiment fait du bien. Je vais en profiter pendant que le moment est là, a-t-il confié à Jean-Philippe Nadeau au Téléjournal Mauricie–Centre-du-Québec.

Je voulais me qualifier depuis un bon petit bout. J’avais quand même un petit peu peur, mais au moins le gros du travail est fait. Il en reste encore à faire, c’est normal, mais je suis très content.

Le para canoë

Le para canoë peut être pratiqué en kayak ou en va'a, une pirogue à balancier propulsée par une pagaie à une face. La discipline comporte plusieurs catégories en fonction du degré de handicap des athlètes.

  • Le KL1/VL1 : les athlètes n’ont aucune fonction du tronc, ou très limitée, et aucune fonction des jambes.
  • Le KL2/VL2 : les athlètes ont une fonction partielle du tronc et peuvent s’asseoir droit dans le kayak. Ils ont aussi une fonction partielle des jambes et un mouvement limité des jambes en pagayant.
  • Le KL3/VL3 : les athlètes ont une fonction du tronc et une fonction partielle des jambes.

Source : Comité paralympique canadien

On vise toujours un podium ou d’être dans les premiers, mais on a donné notre maximum, poursuit-il.

Ce résultat représente également un baume pour l’athlète qui a dû rater plusieurs mois d’activité cet hiver après avoir été hospitalisé. Une convalescence de deux mois l’a aussi privé de précieux entraînements sur l’eau.

J’ai été chanceux d’être bien entouré.

Une citation de :Mathieu St-Pierre

Tout l’hiver, j’avais peur de ne pas en faire assez, mais comme mon entraîneur disait, ça ne se perd pas. C’est sûr que la forme ne se perd pas, c’est plus la technique sur l’eau que j’ai manqué et ça a paru dans la première course aussi, mais au moins c’est fait et on passe à l’autre étape.

Les Jeux paralympiques se tiendront à Tokyo du 24 août au 5 septembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !