•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le major-général Dany Fortin visé par une allégation d'inconduite sexuelle

Le responsable de la campagne de vaccination fédérale contre la COVID-19 a quitté son poste.

Le major-général Dany Fortin, en uniforme, en conférence de presse.

Le major-général Dany Fortin quitte son poste au sein de l'Agence de la santé publique du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le major-général Dany Fortin, responsable de la campagne de vaccination à l'échelle du Canada, a quitté son poste au sein de l'Agence de la santé publique étant donné qu'il fait l'objet d'une enquête militaire pour une allégation d'inconduite sexuelle.

Dans un très bref communiqué, le ministère de la Défense nationale a indiqué que le lieutenant-général Wayne Eyre examinera les prochaines étapes avec le major-général Fortin.

M. Eyre assure l'intérim en tant que chef d'état-major depuis le départ de l'amiral Art McDonald – lui aussi visé par une enquête de la police militaire pour une allégation d'inconduite sexuelle.

Ni les Forces armées ni le ministère de la Défense nationale n'ont précisé la nature de l'enquête concernant M. Fortin, à savoir si le dossier implique la police militaire ou s'il s'agit d'un autre type d'examen mené à l'interne.

Pas une bonne nouvelle pour Justin Trudeau

Néanmoins, cette nouvelle fait de l'ombre à l'armée, mais aussi au premier ministre Trudeau, selon la professeure Geneviève Tellier interviewée à ICI.RDI samedi. Il n’avait pas besoin de ça, lance-t-elle.

La professeure titulaire de l'École de sciences politiques de l'Université d'Ottawa a souligné à quel point cet événement nuit à l'armée. À qui peut-on faire confiance? C’est la grosse question, dit-elle.

Comment ça se fait que le gouvernement ne le savait pas avant? Qu’il n’y a pas eu de sonnette d’alarme de tirée à un certain moment? C’est quand même des faits qui se sont produits il y a plusieurs années, souligne Geneviève Tellier. Est-ce que le processus d’enquête avant les nominations a été bien fait? Encore une fois quelqu’un de l’armée entache le gouvernement du Canada. Ce n’est certainement pas une bonne nouvelle pour Justin Trudeau.

Mme Tellier est d’avis que le premier ministre pourrait faire comme Québec et choisir un remplaçant parmi ses milliers de fonctionnaires, d'autant plus que le gros du travail d'organisation et de coordination de la campagne de vaccination a été fait.

Le professeur Christian Leuprecht, de l'Université Queen's à Kitchener, ne croit pas que le départ de Dany Fortin aura des répercussions sur la campagne de vaccination, parce que l'armée a toujours un commandant en second prêt à intervenir pour faire le travail.

M. Leuprecht pense que le changement de commandement sera à peine remarqué.

Le mantra de l'armée est que l'échec n'est pas une option, a-t-il souligné lors d'un entretien, samedi. La mission doit continuer. Si on est en guerre et que le général est démis de ses fonctions, on a besoin de quelqu'un qui soit capable d'entrer dans la mêlée tout de suite et de continuer à diriger l'opération. La machine entière est configurée pour continuer à rouler.

Des gestes survenus avant 2015

Comme l'a d'abord rapporté le Globe and Mail, les gestes reprochés à Dany Fortin seraient survenus avant qu'il soit investi comme major-général en 2015, a confirmé CBC News.

Les événements en question se seraient aussi produits avant le lancement de l'Opération HONOUR. Cette campagne, qui a vu le jour en juillet de la même année, était pilotée par l'ancien chef d'état-major, Jonathan Vance – un autre haut gradé de l'armée visé par des allégations d'inconduite sexuelle.

Selon le Globe and Mail, la femme à l'origine de la plainte avait demandé que l'allégation ne soit pas rendue publique. Son identité n'a pas été divulguée.

Dans une entrevue accordée en mars à l'émission The Current, sur les ondes de la radio de CBC, Dany Fortin avait condamné les gestes d'inconduite sexuelle dans les rangs de l'armée. Ce genre de comportement est complètement inacceptable, avait-il déclaré.

Les membres de l'armée, sur le champ de bataille, devraient pouvoir avoir la certitude que ceux qui sont à leurs côtés couvrent leurs arrières. Mais ce n'est pas que sur le champ de bataille; [ils] devraient se sentir en sécurité une fois revenus à la maison aussi, avait-il ajouté.

Série d'inconduites dans les rangs de l'armée

Informé du départ soudain de M. Fortin par le lieutenant-général Eyre, le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a répété qu'il était engagé à travailler pour bâtir une véritable culture d'inclusion au sein des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale, où chacun est traité avec dignité et respect.

Depuis le début de l'année, la Défense nationale est dans la tourmente en raison des allégations pesant contre de nombreux hauts gradés de l'armée et se voit reprocher l'inefficacité du système qui a failli à punir ces actes répréhensibles.

À la fin de mars, une autre enquête a été ouverte par le Service national des enquêtes des Forces armées canadiennes pour des allégations de viol visant le vice-amiral responsable des ressources humaines, Haydn Edmundson.

La semaine dernière, Global News rapportait que le commandant de l’École du renseignement militaire des Forces canadiennes, le lieutenant-colonel Raphaël Guay, avait été temporairement démis de ses fonctions, le temps qu'une enquête sur des allégations d'inconduite, dont on ignore la nature, suive son cours.

Le premier ministre Justin Trudeau a lui-même reconnu que la structure du traitement des plaintes pour des violences et des inconduites sexuelles au sein de l'armée était « inadéquate ».

Son bureau n'a pas souhaité commenter le départ de M. Fortin, qui s'était vu confier en novembre dernier le mandat de mener à bien la campagne de vaccination contre la COVID-19 dans l'ensemble du pays.

De son côté, le ministre Sajjan a assuré que les Forces armées canadiennes continueraient d'assurer le déploiement des millions de vaccins qui arrivent au pays chaque semaine.

Ancien chef de cabinet au sein du Commandement des opérations interarmées du Canada, le major-général Fortin a aussi participé à la planification des missions des Forces armées canadiennes dans des résidences pour personnes âgées durement touchées par la pandémie.

Avec des informations de Murray Brewster de CBC News et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !