•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frontières demeurent fermées malgré l’allègement des mesures en Outaouais

Un policier, sorti de son véhicule, fait signe à un automobiliste.

Les frontières interprovinciales demeurent fermées malgré l’allègement des mesures en Outaouais, rappellent les autorités de Gatineau et d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Avec les mesures sanitaires qui seront allégées lundi en Outaouais et celles de l’Ontario prolongées jusqu’en juin, les autorités des deux côtés de la rivière rappellent qu’il est toujours interdit de traverser la frontière, et ce, dans les deux sens.

Le beau temps s'installe dans la région et les autorités laissent de plus en plus présager une saison estivale plus normale, dans un contexte de pandémie. Mais les points de contrôle aux frontières entre Gatineau et Ottawa sont toujours en place.

Pourtant, certains tentent encore de contourner les règles, constate le Service de police d’Ottawa (SPO).

Un agent de police accorde une entrevue via visioconférence.

Denis Hull, sergent-major de la police d'Ottawa, responsable de la circulation

Photo : Radio-Canada

Dans la dernière semaine, il y a un plus grand nombre de gens qui essaient de traverser la frontière et qui ont été refusés [...] Est-ce que c’est à cause du beau temps qui arrive? Les gens veulent se balader, ça se peut. Mais on aimerait encore souligner que nous sommes ici, en Ontario, dans un décret et on doit respecter les règles, a indiqué Denis Hull, sergent-major de la police d'Ottawa, responsable de la circulation.

Le constat est similaire du côté du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) qui doit encore demander à certains automobilistes de la province voisine, qui tentent de traverser sans raison valable, de faire demi-tour.

Du 7 au 13 mai, plus de 1000 véhicules ont été interceptés par les agents du SPVG aux différents points de contrôle. Parmi eux, 5 % des automobilistes se sont vus refuser l'entrée au Québec.

Même si les mesures seront assouplies en Outaouais dès lundi prochain, l’approche reste la même, insiste le SPVG.

On voit l'agente dans un bureau avec en arrière plan des affiches du Service de police de Gatineau.

Renée-Anne St-Amant, relationniste au sein du Service de police de la Ville de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Ça ne change pas notre stratégie. C'est-à-dire que nous continuons à faire les vérifications aléatoires près des ponts interprovinciaux. [...] C’est que, de notre côté, les commerces essentiels et non essentiels vont être ouverts. Est-ce qu’il y a des gens de l’Ontario qui pourraient être tentés de traverser de notre côté, seul le temps va nous le dire. Mais on invite vraiment les citoyens de l’Ontario à rester à la maison et à écouter les règles qui sont établies par l’Ontario, demande Renée-Anne St-Amant, relationniste au sein du SPVG.

À ce point-ci de la pandémie, c’est une question de solidarité pour passer au travers

Une citation de :Renée-Anne St-Amant du SPVG.

Toutes sortes d’excuses

Des excuses, Denis Hull, sergent-major de la police d'Ottawa, en a entendu de toutes sortes. Le magasinage, la nourriture et les balades sont les raisons les plus souvent invoquées, dit-il, en précisant qu'elles ne fonctionnent pas.

Dans le top 5 [des raisons invoquées] à ce jour, ce qu’on peut voir, c’est que les gens viennent pour magasiner. Soit qu’ils achètent des objets sur Kijiji, Marketplace, ou qu'ils viennent acheter des biens dans les magasins. Les gens viennent aussi du côté de l’Ontario pour de la nourriture, soit au restaurant ou à l’épicerie. Souvent, aussi pour les balades. Les gens veulent se promener, ils sont pris dans leur maison, donc ils veulent venir du côté de l’Ontario pour marcher sur le bord du canal Rideau ou dans nos parcs ou même dans le marché By, note le sergent-major Hull, du SPO.

Une autre excuse que nous donnent les gens, c’est qu’ils ne sont pas au courant du décret provincial.

Une citation de :Denis Hull, sergent-major de la police d'Ottawa

Vendredi marque, par ailleurs, le lancement du Festival canadien des tulipes qui battra son plein dans la région de la capitale fédérale jusqu'au 24 mai. Même si l’activité peut sembler attrayante, elle ne pourra pas faire office de raison pour traverser la frontière entre le Québec et l'Ontario, précisent les forces de l’ordre.

Avec les informations de Jérémie Bergeron, Emmanuelle Poisson et Julie-Anne Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !