•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TikTok poursuivie par l'actrice derrière la voix de l'outil de synthèse vocale

L'application TikTok sur un téléphone intelligent.

La fonction de synthèse vocale de TikTok est très populaire depuis son lancement, à la fin de 2020.

Photo : afp via getty images / LIONEL BONAVENTURE

Radio-Canada

Si vous avez ouvert l’application TikTok depuis novembre 2020, vous avez probablement entendu la voix d’une femme, utilisée pour la fonction de synthèse vocale sur le réseau social. L’actrice ontarienne Bev Standing, qui affirme que cette voix est la sienne, prétend toutefois que le réseau social n’a pas obtenu les droits pour l’utiliser.

La fonction de synthèse vocale, dont la voix est similaire à celle de Siri ou tout autre assistant vocal, est utilisée dans des vidéos TikTok pour lire les textes numériques affichés à voix haute.

Selon ce qui est indiqué dans la poursuite déposée la semaine dernière par Bev Standing, l’outil devenu viral répète un langage grossier et offensant, et son utilisation par TikTok est un préjudice irréparable.

Si vous voulez utiliser la voix d’une personne, payez-la.

Une citation de :Bev Standing, en entrevue à la BBC

La voix étant son outil de travail, elle croit qu’elle pourrait perdre des contrats de comédiennes pour des publicités, par exemple, si des entreprises la reconnaissaient.

L’actrice dit avoir prêté sa voix pour une fonction similaire il y a plusieurs années, mais pour le compte d’une entreprise anonyme affiliée à l’Institute of Acoustics (IOA), qui souhaitait des traductions de textes vers l’anglais.

TikTok n’a pas souhaité faire de commentaires en raison du litige en cours, selon le journal britannique Telegraph, qui a rapporté la nouvelle en premier.

Avec les informations de BBC, The Verge, et Telegraph

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !