•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gala Triomphe : une entente est conclue pour éviter le procès

Marcel Aubut parle à des reporters le 9 octobre 2015.

Marcel Aubut refuse de commenter le dossier du Gala Triomphe à la suite de la mise en demeure qu'il a expédiée à la Ville de Québec.

Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

Une entente de dernière minute est intervenue entre la Fondation Nordiques et la Ville de Québec lundi matin. Le procès qui devait avoir lieu à la suite de l'annulation du Gala Triomphe, à quelques heures d'avis, en 2015, est finalement annulé.

Six ans après le début des procédures judiciaires, le procès devait commencer ce lundi.

La Fondation Nordiques, dont le président était anciennement Marcel Aubut, réclamait un peu plus d'un million de dollars à la Ville de Québec. Les détails de l'entente conclue lundi matin ne sont pas connus.

Les deux parties devaient croiser le fer devant le juge Alain Bolduc. Le procès devait avoir lieu il y un an, mais tout a été décalé en raison de la pandémie.

Durant trois semaines, une vingtaine de témoins devaient défiler devant le juge, dont Marcel Aubut.

La fin d'un long litige

Le litige remonte à avril 2015. La Fondation Nordiques organisait un événement qui devait permettre de verser un demi-million de dollars en bourses aux athlètes amateurs.

La soirée, présidée par le premier ministre Philippe Couillard, devait se tenir au Colisée Pepsi quelques mois avant sa fermeture définitive. Plus de 1400 personnes y étaient conviées.

Le contrat stipulait que la Ville de Québec devait donner l'accès à l'endroit aux organisateurs deux jours avant l'événement, qui devait avoir lieu le 30 avril, pour permettre le montage des installations. Les clés du Colisée devaient être remises le 28 avril, à 8 h.

Une photo du Colisée.

L'accès au Colisée Pepsi se trouve au coeur du litige.

Photo : Radio-Canada

Séries éliminatoires

En pleines séries éliminatoires, les Remparts de Québec annoncent pourtant, à quelques jours d'avis, la tenue d'un match de hockey au Colisée le 28 avril, à 19 h. La vente de billets est également amorcée dans les heures qui suivent.

Cet imprévu vient bousculer l'horaire des organisateurs du Gala Triomphe. Devant l'impossibilité de s'entendre avec la Ville de Québec, la Fondation Nordiques est forcée d'annuler la cérémonie à une semaine d'avis.

La Fondation a fait parvenir une mise en demeure à la Ville dans les semaines qui ont suivi pour rupture de contrat. Elle reprochait à la Ville d'avoir permis le match des Remparts malgré l'entente qui les liait. Elle lui reprochait également de ne pas l'avoir prévenue que l'accès au Colisée était conditionnel aux besoins des Remparts.

La Fondation réclamait des montants pour des engagements qu'elle a dû honorer, malgré l'annulation de la soirée, pour des pertes de revenus et pour une atteinte à sa réputation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !