•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DG en Ontario : le CSFP se veut rassurant devant les inquiétudes des parents

Isabelle Côté.

Isabelle Côté a lancé une pétition le week-end dernier pour réclamer le retour à Terre-Neuve-et-Labrador de la directrice générale du Conseil scolaire francophone provincial.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador (CSFP) se veut rassurant alors qu’une centaine de parents réclament le retour immédiat de sa directrice générale, qui est en télétravail en Ontario depuis le début de la pandémie.

Michael Clair, premier vice-président du conseil d’administration du CSFP, affirme que Kim Christianson devrait revenir au siège social du conseil scolaire cet été, en ajoutant que depuis son déménagement temporaire, Mme Christianson fait tout son travail et plus à partir d’où elle est en Ontario.

Mme Christianson va revenir dans la province aussitôt que possible, aussitôt que les consignes sanitaires le permettront. Comme on le sait, en Ontario, ils sont en confinement et les déplacements sont limités ces temps-ci.

Une citation de :Michael Clair, premier vice-président du CSFP

Ce que les parents veulent, c’est que le conseil scolaire soit bien géré, que rien ne tombe de la table, que tout marche, et c'est exactement ce qui se passe, indique Michael Clair.

Cependant, Isabelle Côté, l'instigatrice d’une pétition signée par 115 parents qui ont des enfants dans les six écoles francophones de la province (il y a au total 350 élèves au CSFP), n'est pas convaincue.

Je ne vois pas vraiment ce qui pourrait empêcher Mme Christianson de revenir de l'Ontario maintenant. La pandémie est beaucoup plus prévalente là qu’ici.

Une citation de :Isabelle Côté, parent

Pour moi, ce qui est important, ce n’est pas qu'elle puisse accomplir ses tâches, mais qu'elle puisse bien les accomplir. J’ai des doutes, critique Mme Côté, dont l’enfant est à l’École des Grands-Vents, à Saint-Jean.

C’est important d’être présent pour être capable d’écouter et de savoir ce qui se passe, plutôt que de se faire conseiller par un petit groupe de gens.

Portrait de Kim Christianson.

Kim Christianson, la directrice générale du Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador, est en télétravail en Ontario depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Le CSFP a permis à Kim Christianson de travailler en Ontario pour être plus près de sa famille. Selon Michael Clair, plusieurs autres employés du siège social du CSFP sont en télétravail à l'heure actuelle.

Les signataires de la pétition critiquent également l'absence de Mme Christianson à plusieurs points de presse sur l'éducation en temps de pandémie, mais Michael Clair fait la comparaison entre sa directrice générale et le ministre de la Santé, John Haggie.

Pendant la pandémie, le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador paraissait par vidéo, à partir de [Gander]. Personne ne s’est plaint qu’il ne soit pas à Saint-Jean, près de l’hôpital principal ou au siège du gouvernement. Les gens comprenaient bien qu’il pouvait faire son boulot à partir d’où il était, soutient Michael Clair.

Le CSFP menacé par le rapport Greene

Pour les signataires de la pétition, lancée dimanche dernier, le retour immédiat de la directrice générale à Terre-Neuve-et-Labrador est surtout important à la suite de la publication d'un rapport indépendant sur la restructuration du gouvernement provincial.

L’analyse recommande une série de compressions budgétaires, dont l’abolition du CSFP et de la commission scolaire anglophone. Les parents veulent que Mme Christianson soit sur place pour défendre les droits linguistiques des francophones.

En point de presse, vendredi, le premier ministre, Andrew Furey, n’a pas écarté la possibilité de suivre les recommandations du rapport Greene et d’éliminer le CSFP. Il a indiqué que son gouvernement étudiait les structures présentes dans d’autres provinces pour gérer leur système d’éducation en français.

Michael Clair estime que le rapport vient d’une source qui est privilégiée par le gouvernement, donc il faut la prendre très au sérieux, mais croit qu’il n'y a personne de mieux qualifié que Mme Christianson pour nous sortir de cette situation-là.

Pour le CSFP, c’est une situation qui est très sérieuse parce qu’elle peut remettre en question l’existence même du conseil scolaire. Il faut vraiment mettre en ordre tous nos arguments légaux et financiers, puis les présenter au gouvernement, affirme-t-il.

Je crois que la communauté francophone devrait s’inquiéter de l'avenir du CSFP, mais pas à cause de ce qui se passe à l’intérieur. La boîte est extrêmement bien gérée par l’équipe que mène Mme Christianson.

Le ministre de l'Éducation demande à Kim Christianson de revenir à Terre-Neuve-et-Labrador depuis septembre 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !