•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martine Ouellet annonce son retour dans l’arène politique

Une femme en veston se tient devant un lac.

Martine Ouellet a dévoilé, dans une vidéo diffusée sur Facebook, sa décision de se lancer à nouveau en politique provinciale, à la tête du parti Climat Québec.

Photo : Facebook / Martine Ouellet

Martine Ouellet tentera de nouveau sa chance en politique provinciale. L'ancienne cheffe du Bloc québécois a annoncé vendredi la création d'un nouveau parti, Climat Québec, pour qui la lutte contre les changements climatiques va de pair avec l'indépendance du Québec.

D'après Martine Ouellet, un « très grand bassin » de Québécois ne se reconnaissent pas dans les partis censés les représenter à l'Assemblée nationale. En créant Climat Québec, un parti résolument environnementaliste, la politicienne de 52 ans espère rallier ceux qui, comme elle, veulent faire de la lutte contre la crise climatique une priorité.

Face à l’urgence climatique, tous les autres enjeux deviennent secondaires, a-t-elle déclaré dans une vidéo publiée sur Facebook. Mme Ouellet entend faire de Climat Québec la seule option politique réellement pragmatique, agissant pour contrer la crise environnementale.

Loin de renier la cause au centre de son action politique, qui l'aura menée jusqu'à la tête du Bloc québécois en 2017, Martine Ouellet est d'avis que la réponse à la crise climatique est indissociable de l'indépendance des Québécois.

Ce n'est qu'en s'émancipant de la mainmise du Canada que la république du Québec pourra enfin incarner une réelle force de frappe face à la crise climatique, dit-elle.

Débarrassée de cette autorité fédérale – et des grosses corporations et gros pollueurs qui prospèrent grâce à elle – la nation québécoise pourra dès lors se redéfinir et devenir un influenceur majeur à la tête de la mobilisation mondiale de lutte contre le réchauffement climatique, plaide Martine Ouellet.

Peu de temps avant son annonce, une dizaine de vidéos avaient été relayées sur son compte Facebook, témoignages de militants indépendantistes et écologistes rappelant l'urgence d'agir pour contrer la crise climatique et l'importance d'être « maître » chez soi.

Le climat doit devenir le prisme à travers lequel tous les autres enjeux sont évalués.

Une citation de :Martine Ouellet, cheffe de Climat Québec

L'urgence d'agir

Je me suis toujours engagée pour le Québec, pour le bien commun... Face à l'urgence climatique, je ne pouvais pas rester les bras croisés, a déclaré la principale intéressée, de passage à l'émission 24•60.

Selon Mme Ouellet, il existe actuellement un vide politique. Les élections de 2018 en ont d'ailleurs fourni la preuve : plus de 30 % des électeurs ne sont même pas allés voter, a-t-elle souligné.

La politique demeure l'outil le plus efficace pour changer les choses.

Une citation de :Martine Ouelle, cheffe de Climat Québec

Extrait du 14 mai 2021 : Martine Ouellet de retour dans l'arène

Si la politicienne reconnaît qu'il existe déjà des partis, au Québec, qui font de l'environnement leur cheval de bataille, elle estime que le climat ne peut plus être un enjeu comme les autres.

La complexité des problèmes, l'ampleur des solutions qui devront être mises en place... Cela fait en sorte qu'on ne peut plus s'éparpiller avec une vingtaine de priorités. C'est donc une approche qui est clairement différente de l'offre politique que l'on présente aujourd'hui, a-t-elle ajouté.

La politicienne se défend aussi de diviser le vote indépendantiste, disant vouloir rassembler pour se coaliser.

On l'a vu, les deux partis québécois qui ont l'indépendance dans leur programme ne réussissent même pas à rejoindre l'ensemble des indépendantistes du Québec.

Une citation de :Martine Ouellet, cheffe de Climat Québec

Est-il avisé de lancer un nouveau parti politique en pleine pandémie? Il ne faut pas croire, avec le réchauffement climatique, que ce sera fini, les nouveaux virus, rétorque Martine Ouellet.

Il va y en avoir d'autres, de nouveaux virus. Et, très clairement, le réseau de la santé est incapable de faire face à cette situation-là. [...] Il faut que le système de santé soit plus flexible, plus agile... Beaucoup moins centralisé, aussi. Et ce n'est pas seulement le cas du Québec, mais aussi d'ailleurs dans le monde. Il y a un sérieux coup de barre à donner; il n'est pas trop tard. Mais les changements climatiques, ce n'est plus une menace : c'est une fatalité, une réalité.

Il faut donc agir pour diminuer les impacts de cette situation, a résumé la cheffe du nouveau parti.

Politicienne d'expérience

Martine Ouellet n'est pas étrangère à la politique provinciale. D'abord élue en 2010 comme députée de Vachon sous la bannière du Parti québécois, elle a occupé le poste de ministre des Ressources naturelles de 2012 à 2014 au sein du gouvernement Marois.

Après avoir échoué à deux reprises à se hisser à la tête du Parti québécois, Martine Ouellet a décidé de faire le saut dans l'arène fédérale en 2017, convaincue de pouvoir ainsi contribuer à la cause souverainiste.

Devenue la première femme aux commandes du Bloc québécois, Mme Ouellet a tout de même conservé son siège à l'Assemblée nationale, en tant que députée indépendante, jusqu'à l'automne 2018.

Après que 67 % des membres du parti lui eurent tourné le dos lors d'un vote de confiance, Martine Ouellet a quitté la direction du Bloc québécois le 11 juin 2018. Au printemps précédent, sept députés avaient claqué la porte, mécontents des « problèmes de leadership » dans les rangs de la formation indépendantiste.

En août de la même année, peu de temps après son départ du BQ, Martine Ouellet a lancé le Mouvement Québec indépendant, un regroupement qui fait campagne pour que la province devienne un pays et s’affranchisse des limites imposées par la Constitution canadienne.

À la tête de Climat Québec, la nouvelle cheffe devra maintenant s'atteler à trouver les candidats qui représenteront sa formation aux prochaines élections provinciales, en 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !