•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blaine Higgs appuie l’idée de regrouper des services des deux hôpitaux à Moncton

Le CHU Dumont

La présidente du Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick demande au gouvernement d’envisager la fusion de certains services des deux hôpitaux à Moncton pour répondre à une grave pénurie d’infirmières. Ci-dessus : le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont géré par le réseau de santé Vitalité.

Photo : Gracieuseté/Vitalité

Radio-Canada

Le premier ministre Blaine Higgs appuie l’idée de la présidente du Syndicat des infirmières et des infirmiers d’envisager la fusion de certains services des deux hôpitaux à Moncton pour répondre à une grave pénurie d’infirmières dans les deux établissements.

M. Higgs a déclaré jeudi, après un entretien avec la présidente du syndicat, Paula Doucet, qu’il est enthousiasmé par les idées qu’elle a présentées, tout en reconnaissant que c’est une question politique délicate.

Nous devons chercher de meilleurs moyens pour que nos deux réseaux se complètent l’un l’autre, a indiqué le premier ministre durant la période de questions à l’Assemblée législative.

Il a ajouté qu’il ne s’agit pas de les fusionner ni de discuter de qui offre tel service, où et quand. Il est plutôt question, selon lui, d’offrir des services complémentaires et une approche équilibrée dans notre système de soins de santé.

Le premier ministre dit que des discussions sont prévues pour la semaine prochaine avec les deux réseaux de santé sur cette question de collaboration.

L'Hôpital de Moncton.

L'Hôpital de Moncton est géré par le réseau de santé Horizon (archives).

Photo : Radio-Canada

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont et l’Hôpital de Moncton se trouvent à proximité l’un de l’autre et sont respectivement gérés par les réseaux de santé Vitalité et Horizon.

Les francophones estiment que le CHU Dumont joue un rôle essentiel dans leur communauté.

La présidente-directrice générale de Vitalité, la Dre France Desrosiers, a provoqué de vives réactions dans la communauté francophone cette semaine en faisant entendre que la langue ne compte plus dans le contexte de la pénurie de personnel. Elle a ensuite précisé sa pensée en disant que la langue compte bel et bien.

La Dre Desrosiers réagissait au fait que son réseau de santé avait dérouté des ambulances à l’Hôpital de Moncton et que des médecins avaient remplacé des infirmières au CHU Dumont.

Le cardiologue Luc Cormier a dit que certains membres du personnel comparent cet hôpital à une zone de guerre.

Paula Doucet a discuté de la pénurie d'infirmières dans les deux hôpitaux avec Blaine Higgs mercredi. Elle recommande la fusion de certains services, dont l’obstétrique, les soins palliatifs et les soins de santé mentale.

Les deux hôpitaux manquent de personnel, souligne Paula Doucet. Elle propose que les deux réseaux de santé discutent de la possibilité de regrouper des services pour un certain temps.

Blaine Higgs donne une conférence de presse.

Le premier ministre Blaine Higgs appuie l'idée de regrouper des services de santé des deux hôpitaux à Moncton sans remettre en question le rôle des deux réseaux de santé (archives).

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Selon Blaine Higgs, le temps presse pour en parler. Il ajoute que cela ne remet pas en question le rôle distinct des deux réseaux de santé.

Des décisions qui pressent, selon le syndicat

Paula Doucet estime qu'il y a 700 postes vacants d'infirmières au Nouveau-Brunswick à l’heure actuelle.

Le chef intérimaire du Parti libéral, Roger Melanson, croit que la suggestion du premier ministre demanderait trop de temps. Il dit qu’il faut agir dès maintenant.

Paula Doucet affirme que la province doit prendre de grandes décisions rapidement pour éviter que des infirmières soient à l’horaire pour des quarts de travail de 24 heures, comme cela se produit à l’heure actuelle.

Paula Doucet.

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick, propose de centraliser temporairement certains services dans l'un ou l'autre des hôpitaux de Moncton plutôt que de les offrir dans les deux établissements avec des équipes médicales incomplètes.

Photo : CBC/Tori Weldon

Mme Doucet dit avoir demandé de l’aide à Blaine Higgs pour avoir des infirmières cet été. Elle lui a proposé d’envisager de regrouper des services parce que des départements dans les deux hôpitaux fonctionnent en ce moment avec la moitié du personnel requis. Elle estime qu’il est plus sensé d’offrir ces services à un seul endroit avec une équipe complète.

Paula Doucet reconnaît que c’est une question politique délicate, mais elle rappelle qu’une pandémie sévit et elle estime que le gouvernement a un peu plus de pouvoir pour faire la bonne chose.

Opposition dans la communauté francophone

Le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, Alexandre Cédric Doucet, précise vendredi matin qu'il s'oppose à une fusion de services des deux hôpitaux.

Je m'oppose au jumelage des deux hôpitaux. L'article 16.1 de la charte est très clair : les deux communautés ont le droit à des institutions distinctes. Les services de santé en français risquent d'être compromis si cette idée va de l'avant!

Une citation de :Alexandre Cédric Doucet, président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

Le conseil des médecins et dentistes du CHU Dumont a aussi produit une déclaration écrite, vendredi, dans laquelle il s’oppose à l’idée de fusion des hôpitaux ou de services de santé à Moncton.

Ils rappellent que tous les hôpitaux de la province manquent de personnel. Ils estiment qu’une fusion de services à Moncton ne réglera pas le problème parce qu’elle n’augmentera pas l’offre et le volume de services médicaux, et de facto engendrera leur réduction.

Selon les médecins et les dentistes de l’hôpital, de nouveaux modèles de soins qui font l'objet de discussions depuis des mois et qui mettent l’accent sur le recrutement et la rétention d’employés sont les réelles solutions soutenables pour lesquelles nous avons besoin de soutien de la part de notre premier ministre et autres leaders.

Alexandre Cédric Doucet.

Le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, s'oppose à l'idée de fusion de services des deux hôpitaux à Moncton (archives).

Photo : Radio-Canada

Les médecins et dentistes demandent au réseau de santé Vitalité et à tous les autres intervenants dans la province d’appuyer plutôt le développement du CHU Dumont afin qu’il maintienne sa mission d’offrir des soins d’excellence à tous les patients du Nouveau-Brunswick et qu'il continue d’être un véhicule de vitalité de la langue française au Nouveau-Brunswick.

Le député vert de Kent-Nord, Kevin Arseneau, défend aussi le CHU Dumont. Ce qui est important à comprendre, c'est qu'il existe déjà de la collaboration; il n'y a pas de problème sur ce plan, mais les francophones ont clairement le droit d'avoir des institutions, dit-il.

Roger Melanson, pour sa part, ne s’oppose pas à une coordination des efforts en santé, mais il écarte l'idée de fusion.

Moi, je n'accepterais jamais que les deux régies soient fusionnées, et au niveau de la coordination des services, il faut respecter la Loi sur les langues officielles, il faut respecter que les services soient offerts dans la langue de choix, affirme-t-il.

Le député Melanson recommande une augmentation des salaires comme autre solution à la pénurie d'infirmières.

Le Syndicat des infirmières et des infirmiers tente à l’heure actuelle de négocier trois nouvelles conventions collectives. Paula Doucet explique que les négociations sont difficiles et qu’elle compte en discuter bientôt avec le premier ministre.

Avec des renseignements de Jacques Poitras, de CBC, et de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !