•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Higgs refuse d’augmenter les redevances sur le bois

Une machine soulève des billots.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick écarte les demandes de partis d'opposition qui réclament une hausse des redevances sur le bois des terres publiques (archives).

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

Plusieurs intervenants demandent au gouvernement du Nouveau-Brunswick d’augmenter les redevances sur le bois des terres de la Couronne, afin de profiter de la hausse vertigineuse des prix, mais les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs rejettent cette idée.

Le prix du bois de construction connaît ces temps-ci une hausse de 300 %. Les redevances payées à la province pour le bois récolté sur les terres publiques n'ont pourtant pas augmenté.

Le bois du Nouveau-Brunswick appartient aux citoyens du Nouveau-Brunswick, souligne le chef intérimaire du Parti libéral et député de Dieppe, Roger Melanson.

Un bien collectif, plaide Kevin Arseneau

Ce bois-là est coupé sur des terres publiques, donc des terres qui sont collectives. Le droit de coupe devrait changer, ce qui va faire monter les redevances, propose le député vert de Kent-Nord, Kevin Arseneau.

Kevin Arseneau porte un masque et participe à une mêlée de presse et ajuste ses lunettes.

Kevin Arseneau, député du Parti vert du Nouveau-Brunswick, pense que la province a intérêt à augmenter les redevances, pour le bien collectif.

Photo : Radio-Canada

Selon eux, il faut réviser en entier le système d’établissement des taux de redevance.

Lorsque les prix sont à la hausse, moi, je crois que les citoyens du Nouveau-Brunswick devraient en bénéficier. Lorsque les prix sont à la baisse, pour des situations exceptionnelles, il devrait y avoir des ajustements en conséquence, explique Roger Melanson.

L'opposition reproche au gouvernement de n'écouter que l'industrie forestière.

Quand on parle des gros joueurs, ils ont plein de mécanismes pour assurer un contrôle des prix et ils l'utilisent toujours à leur avantage. Puis, le gouvernement devrait être là pour protéger les intérêts de tous, de tous les gens qui travaillent dans le secteur, affirme Kevin Arseneau.

C'est certain qu'il faut consulter. C'est certain qu'il faut écouter l'industrie. Il faut certainement écouter les propriétaires de lots privés, mais au bout de compte, il faut s'assurer que la richesse, lorsqu'elle a lieu, est partagée,

Une citation de :Roger Melanson, chef intérimaire du Parti libéral et député de Dieppe

Le ministre dit non

Le ministre des Ressources naturelles, Mike Holland, rejette ces demandes.

Mike Holland, le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie.

Mike Holland, le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie, ne précise pas combien la province gagnerait en ajustant les redevances en fonction de l'augmentation du pris du bois.

Photo : Radio-Canada

Depuis 2015, dit-il, si les redevances avaient diminué en fonction des prix du bois, la province aurait perdu 50 millions de dollars.

Mais le ministre ne précise pas combien la province aurait gagné si les redevances avaient augmenté depuis l'an dernier.

D’après un reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !