•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cyberattaque continue de paralyser les services municipaux de Whistler

Des gens traversent un pont piétonnier dans le village de Whistler.

En temps normal, le village de Whistler est très prisé par les touristes.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Radio-Canada

La municipalité de Whistler, en Colombie-Britannique, qui a suspendu toutes ses communications électroniques depuis le 27 avril en raison d’une cyberattaque prolonge de deux semaines la fermeture de son système informatique.

Les pirates informatiques ont laissé un message crypté sur le site Internet de la Ville de Whistler indiquant qu’ils ont pris le contrôle de la plateforme. Ils y déclarent avoir eu accès à près de 800 gigaoctets de données personnelles et ont invité les autorités à négocier.

Alors qu’elle enquête sur cette attaque numérique, la municipalité ne peut confirmer si les données personnelles des résidents ont été compromises. Plus de deux semaines après cet acte malveillant, les courriels, les boîtes vocales des employés municipaux sont toujours inopérables et le département qui remet les permis de construction a les mains liées.

Cependant, Whistler précise que les systèmes d'aqueduc, d'égouts et les services d'urgence tels que le 911 fonctionnent normalement, tout comme la bibliothèque publique et le centre sportif de Meadow Park.

Craintes de répercussions

Louise MacDougall, chef de projet de la compagnie MacDougall Construction, basée à Whistler, affirme que la cyberattaque a des répercussions sur son entreprise. L'incertitude autour des permis compromet la planification de certains projets.

J'ai participé à deux [rencontres pour des] projets différents vendredi dernier et je sais qu'ils travaillent dur pour gérer toute la paperasse. Mais pour le moment, ils ne nous disent pas vraiment à quel point nous serons en retard.

Une citation de :Louise MacDougall, chef de projet

Benoît Renault, un résident de Whistler, craint de ne pas pouvoir payer ses impôts municipaux à temps si les services en ligne ne sont pas restaurés d'ici la date d'échéance pour le payement.

Et si tout n'est pas en ordre, peut-être devoir le faire de la bonne vieille façon, de payer par chèque, directement à [l'hôtel de ville] ici à Whistler.

Une citation de :Benoît Renault, résident de Whistler

Les demandes de CBC et de Radio-Canada pour une entrevue avec un représentant municipal ont été rejetées. Ce n'est pas la première fois que le site Internet de Whistler est piraté.

Dans un communiqué, Virginia Cullen, directrice du Resort Municipality of Whistler (RMOW), a souligné que la sûreté et la sécurité de leurs systèmes étaient la priorité absolue.

C'est un processus laborieux et long pour s'assurer que nos systèmes sont entièrement sécurisés avant de les remettre en ligne.

Une citation de :Virginia Cullen, directrice, RMOW

Nous travaillons avec des experts en cybersécurité pour renforcer davantage nos garanties de sécurité dans un environnement de la cybersécurité en constante évolution, a-t-elle ajouté.

Environ 14 000 personnes vivent à Whistler, selon Statistique Canada. La ville reçoit trois millions de visiteurs par an, dans un contexte non pandémique.

Les municipalités, une cible de choix?

Selon Anne-Sophie Letellier, qui est chargée de cours en études des médias à l'UQAM, les municipalités deviennent des cibles presque faciles, car elles disposent de beaucoup de données personnelles, mais surtout elles n’ont pas les mêmes ressources en matière de défense que leurs homologues provinciaux et fédéral.

Au Canada, en 2020, plus de 4000 demandes de rançons ont été rapportées alors qu’environ 165 millions de dollars ont été payés à ceux qui avaient pris les informations en otage. De son côté, la municipalité de Whistler n'a pas confirmé si elle avait reçu ou non une demande de rançon.

Les experts notent que ces piratages ont empiré depuis le début de la pandémie avec l'utilisation accrue de l'Internet que requiert le télétravail. Dans le monde, depuis le début de 2020, le nombre de cyberattaques a augmenté de 80 %.

Avec les informations de Dominique Arnoldi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !