•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Karl Péladeau n'a « plus d'intérêt actuellement » pour l'achat de Transat

Pierre Karl Péladeau assis et de profil.

Le patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, conteste l'évaluation du titre faite par l'actionnaire principal du voyagiste.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Étant incapable de s'entendre sur un prix avec le plus important actionnaire de Transat A.T., Pierre Karl Péladeau affirme n'avoir « plus d'intérêt actuellement » pour l'achat du voyagiste.

Le grand patron et actionnaire de contrôle de Québecor, qui avait déposé deux offres pour faire l'acquisition de Transat, a expliqué dans une entrevue au Journal de Montréal qu'il est en désaccord avec l'évaluation du titre faite par l'actionnaire principal de Transat A.T., la firme Letko, Brosseau & Associés.

Il reproche aussi à Transat A.T. de ne pas avoir soumis ses offres précédentes aux actionnaires.

M. Péladeau avait déjà indiqué publiquement qu'il souhaitait offrir 5 $ pour chacune des actions en circulation. À l'époque, Letko Brosseau avait répété ne pas être intéressée par l'offre de 5 $ par action émanant de l'homme d'affaires.

Le titre de Transat A.T. a clôturé jeudi à 4,31 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 4,22 %, ou 19 cents, alors que des médias appartenant à Québecor partageaient l'information obtenue en exclusivité.

Nous n'avons pas de commentaires particuliers à faire à ce stade, a déclaré le vice-président de Transat A.T., Christophe Hennebelle.

De même, une porte-parole de Pierre Karl Péladeau a indiqué qu'il déclinait la demande d'entrevue ou de commentaire de La Presse canadienne.

Letko Brosseau n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande d'entrevue.

« Une impasse »

Pierre Karl Péladeau a commenté le dossier à l'émission Zone économie à ICI RDI. Je pense que ça ne donne absolument rien de faire une offre dont on sait que le principal actionnaire va refuser parce qu'il s'est déclaré publiquement en désaccord. [...] On a d'autres choses à faire que de s'engager dans une impasse, a résumé Pierre Karl Péladeau.

Donc, pas d'autre proposition en vue? Certainement pas pour l'instant, a répondu M. Péladeau à l'animateur Gérald Fillion.

Entrevue avec Pierre Karl Péladeau

Le mariage d'Air Canada et Transat A.T. a avorté au début du mois en l'absence d'une autorisation réglementaire de la Commission européenne.

À la fin avril, Transat A.T. a conclu une entente avec Ottawa pour emprunter jusqu'à 700 millions de dollars afin de rembourser ses clients dont les vols ont été annulés en raison de la pandémie de COVID-19.

Le transporteur avait précédemment signalé avoir besoin d'au moins un demi-milliard de dollars pour traverser l'année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !