•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Repêchage LHJMQ : Bradley Nadeau parmi les meilleurs espoirs acadiens

Un jeune espoir foule le tapis rouge pour le repêchage de la LHJMQ

Le repêchage annuel des espoirs de la LHJMQ sera virtuel en 2021.

Photo : Ligue de hockey junior majeur du Québec

François Le Blanc

Bradley Nadeau demeure bien calme malgré le fait qu'il vient d'être nommé l'un des 20 meilleurs espoirs en prévision du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). L'attaquant originaire du nord-ouest du Nouveau-Brunswick est bien fier, sauf qu'il garde ses options bien ouvertes.

J'étais excité de savoir que je fais partie des meilleurs espoirs, mentionne Bradley Nadeau. Mais il faut tenir compte que, cela, c'est juste une liste.

Bien que la LHJMQ demeure une possibilité, le jeune homme pourrait opter pour d'autres horizons, comme le niveau universitaire de la NCAA.

Pour l'instant, rien n'est décidé, mentionne-t-il. Je verrai après le repêchage de la LHJMQ.

La différence, c'est que les joueurs qui vont là ont plus de temps pour se développer. Ils ont jusqu'à 24 ans, au junior majeur, ça arrête à 20 ans. Pour les joueurs de petites tailles comme moi, ça donne plus de temps à se développer physiquement.

Une citation de :Bradley Nadeau

S'il décide d'aller dans une université des États-Unis, il devra attendre d'avoir 18 ans. Et, il ne pourra se joindre au junior majeur. Les règlements de la NCAA l'en empêchent.

Jeune homme assis devant un mur.

Bradley Nadeau attire l'attention de plusieurs ligues, dont la LHJMQ.

Photo : Radio-Canada / capture d'écran

Dans l'entre-fait, il devrait se diriger, en attendant, vers le niveau junior A. Il ne dévoile pas le nom des ligues, mais on croit que la BCHL (ligue de hockey de la Colombie-Britannique), la ligue de hockey des Maritimes ou même le junior américain, comme la USHL, sont des options les plus logiques.

Il est convoité et plusieurs portes s'ouvrent devant lui.

Son frère, Joshua, repêché par le Titan d'Acadie-Bathurst, a choisi la voie universitaire et jouera, l'an prochain, au Maine.

Réussir à percer

Bradley Nadeau a beaucoup de talent, estime son entraîneur avec les Caps de Fredericton M18, Éric Bissonnette.

L'entraîneur.

Éric Bissonnette

Photo : Radio-Canada / Mathieu Massé

C'est une excellente personne, déclare-t-il. C'est un jeune qui est facile à diriger et qui veut apprendre. C'est vraiment important.

Une autre de ses qualités, c'est son flair pour trouver les coéquipiers et leur envoyer la rondelle.

Bradley est un joueur qui passe rapidement, analyse Bissonnette. Il ne garde pas la rondelle longtemps. Sa précision des passes, son habileté à trouver les joueurs ouverts lui donnent un avantage.

Malgré les changements de phases au Nouveau-Brunswick, Bradley a trouvé le moyen de s'entraîner.

Mais se faire remarquer a quand même été un exploit cette année.

En raison de la pandémie, les équipes du Québec de moins de 18 ans (anciennement appelées Midget AAA) n'ont pas disputé de matchs, contrairement à celles des Maritimes.

La LHJMQ a donc dressé une liste de 20 noms, en ordre alphabétique, qui ont le potentiel d'être choisis au premier tour duprochain repêchage.

L'honneur d'être nommé reste agréable, note Nadeau.

Au début de l'année, je ne me suis pas mis de la grosse pression, mentionne l'attaquant. Car, si on se met de la pression, c'est là que les choses se mettent à mal aller.

Avec les Caps de Fredericton, l'adolescent a joué 14 matchs durant la saison et 10 en séries éliminatoires. Au total, il a récolté 31 points.

Éric Bissonnette n'est pas surpris de voir le nom du jeune homme parmi les meilleurs.

Oui, les chances de se faire voir ont été plus rares, mais notre équipe a été chanceuse comparativement à d'autres endroits, à d'autres provinces, dit le mentor.

Ça donne assez de matchs pour se faire une évaluation de joueurs comme Bradley.

À 1 m 75, Bradley Nadeau n'est pas le plus grand. Il doit donc privilégier la vitesse. C'est ce qu'il doit développer pour se démarquer des plus grands joueurs.

Il va falloir que je continue de travailler fort, explique-t-il. Dans l'été, il n'y a pas beaucoup de glace dans les alentours pour patiner. Je devrai me concentrer dans les gymnases, pour augmenter ma masse musculaire, car je ne suis pas un joueur de gros gabarit.

L'important, conclut-il, c'est de progresser.

C'est excitant c'est sûr, mais j'essaye de ne pas trop y penser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !