•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles images de l’immense Jupiter

Trois nouvelles images de Jupiter.

Les nouvelles images mettent en évidence Jupiter à différentes longueurs d'onde de la lumière (infrarouge, visible et ultraviolet).

Photo : Observatoire Gemini /NOIRLab/NSF/AURA/NASA/ESA, M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al.

Radio-Canada

Trois nouvelles images de Jupiter montrent la géante gazeuse sous trois différents types de lumière et révèlent « une multitude de caractéristiques atmosphériques telles que la grande tache rouge, les super-tempêtes et les cyclones qui s'étendent sur le disque de la planète la plus grosse du système solaire », explique un communiqué publié par le NOIRLab.

Ces images ont été prises par le télescope Frederick C. Gillett de l'Observatoire Gemini North et le télescope spatial Hubble de la NASA/ESA.

Le télescope Frederick C. Gillett a été achevé en 1999 et a commencé ses observations en 2000. Il se trouve sur le volcan endormi Mauna Kea à une altitude de 4205 m. Le télescope Hubble a été placé en orbite terrestre en avril 1990.

Repères

  • Jupiter est la plus grosse planète du système solaire;
  • Elle est la cinquième planète du système et de loin la plus grosse;
  • Elle possède au moins 79 satellites naturels;
  • Elle est située à 778 millions de kilomètres en moyenne du Soleil;
  • Elle est si imposante qu’elle pourrait contenir les sept autres planètes du système;
  • C'est une géante gazeuse (comme Saturne, Uranus et Neptune). Ces planètes sont dites gazeuses en raison de l’épaisse atmosphère qui entoure leur noyau, de dimension relativement faible.

Trois visions différentes

Ces trois portraits mettent en évidence l'avantage essentiel de l'astronomie à longueurs d'onde multiples pour l’observation des planètes et d'autres objets astronomiques, qui permet aux scientifiques d’obtenir des informations qui ne seraient pas disponibles autrement, note le communiqué.

La planète Jupiter dans la lumière visible.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette image de Jupiter en lumière visible a été créée à partir de données captées en janvier 2017 par Hubble. Près du sommet, une longue tache brune s'étend sur 72 000 kilomètres. La grande tache rouge est bien visible, tandis qu'en bas à droite se trouve la petite tache rouge (Oval BA).

Photo : NASA/ESA/NOIRLab/NSF/AURA/M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al. Acknowledgments: M. Zamani

La planète Jupiter a une apparence très différente dans les observations infrarouges, visibles et ultraviolettes. Par exemple, la grande tache rouge caractéristique de Jupiter est un élément proéminent des images visibles et ultraviolettes, mais elle n’est presque pas visible aux longueurs d'onde infrarouges.

La planète Jupiter dans l'ultraviolet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette image ultraviolette de Jupiter a été créée à partir de données de Hubble. La grande tache rouge et la tache rouge Jr (Oval BA ) absorbent le rayonnement ultraviolet du Soleil et y apparaissent plus sombres.

Photo : NASA/ESA/NOIRLab/NSF/AURA/M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al. Acknowledgments: M. Zamani

Certaines bandes de nuages de la planète sont quant à elles clairement visibles dans les trois types.

L'observation de la grande tache à plusieurs longueurs d'onde a révélé que la région sombre de l'image infrarouge est plus grande que l'ovale rouge correspondant de l'image visible.

Jupiter dans la lumière infrarouge.

Cette vue infrarouge de Jupiter a été créée à partir de données capturées le 11 janvier 2017 à l'Observatoire Gemini.

Photo : NASA/ESA/NOIRLab/NSF/AURA/M.H. Wong and I. de Pater (UC Berkeley) et al. Acknowledgments: M. Zamani

Les observations dans l'infrarouge montrent des zones couvertes d'épais nuages, tandis que les observations dans le visible et l'ultraviolet montrent l'emplacement des chromophores – les particules qui donnent à la grande tache rouge sa teinte distinctive en absorbant la lumière bleue et ultraviolette.

En bas à droite, la petite tache rouge (parfois surnommée tache rouge junior, connue des scientifiques sous le nom d'Oval BA) apparaît dans les observations visibles et ultraviolettes. Cette tempête est née de la fusion de trois tempêtes de taille similaire en 2000.

Dans l'image à longueur d'onde visible, elle a un bord extérieur rouge clairement défini avec un centre blanc. Dans l’image infrarouge, elle est invisible et perdue dans une bande plus large de nuages plus froids et sombres.

Comme dans le cas de la grande tache rouge, cette tempête est colorée par des chromophores qui absorbent le rayonnement solaire à la fois dans les longueurs d'onde ultraviolettes et visibles, ce qui lui donne une couleur rouge dans les observations visibles et un aspect sombre dans les longueurs d'onde ultraviolettes.

Juste au-dessus de la petite tache rouge, dans les observations visibles, il est possible d’observer une super-tempête apparaissant comme une bande blanche diagonale s'étendant vers le côté droit du disque de Jupiter.

Également visible, un phénomène atmosphérique (une traînée brillante dans l'hémisphère Nord) se distingue dans les longueurs d'onde infrarouges de la planète. Cette caractéristique, un vortex cyclonique ou peut-être une série de vortex, s'étend sur 72 000 km dans la direction est-ouest. Dans les longueurs d'onde visibles, le cyclone apparaît brun foncé, ce qui a valu à ce type de caractéristiques d'être appelé barges brunes sur les images captées par la sonde Voyager de la NASA.

Aux longueurs d'onde ultraviolettes, cependant, la caractéristique est à peine visible sous une couche de brume stratosphérique, qui devient de plus en plus sombre vers le pôle Nord.

Alignés sous la barge brune, quatre grands points chauds apparaissent brillants dans l'image infrarouge, mais sombres dans le visible et l’ultraviolet.

Les astronomes ont découvert ces caractéristiques pour la première fois lorsqu'ils ont observé Jupiter dans les longueurs d'onde infrarouges dans les années 1960, explique le communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !