•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les entrepreneurs en construction de la région en faveur de GNL Québec

Une affiche d'Énergie Saguenay avec deux personnes en arrière-plan qui consultent des affiches.

Lors d'une présentation en 2019, le président actuel de GNL Québec, Tony Le Verger (à droite), donnait des renseignements sur le projet.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Les entrepreneurs en construction du Saguenay-Lac-Saint-Jean appuient à 92 % le projet de GNL Québec.

C'est ce qui ressort d'un sondage de l'Association de la construction du Québec (ACQ) réalisé auprès de ses membres du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon le communiqué transmis jeudi matin, ce résultat prouve l’acceptabilité sociale du projet pour les entrepreneurs en construction de la région.

Dans son rapport rendu public en mars dernier, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) avait estimé que le projet comportait plus de risques que d'avantages. Parmi les points positifs retenus, les commissaires Denis Bergeron et Laurent Pilotto avaient reconnu que les quatre années de construction de l’usine engendreraient des retombées économiques importantes pour la région et pour l’ensemble du Québec.

C'est pour ça qu'on a fait un sondage aussi, c'était pour mesurer l'acceptabilité du projet auprès de nos entrepreneurs, nos membres. Donc, le BAPE c'est sûr que le rapport versus la conclusion, on croit nous qu'il était plus neutre que négatif, a affirmé en entrevue à Radio-Canada Keiven Tremblay, président de l'ACQ pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L'usine de liquéfaction de gaz naturel, qui serait construite à La Baie, ainsi que le gazoduc de 780 kilomètres représenteraient un investissement de 14 milliards de dollars selon les promoteurs.

L'ACQ et ses membres considèrent que le gaz naturel constitue une bonne énergie de transition, dans une proportion de 88 %, et que le projet est réalisable dans le respect de l'environnement.

Nous sommes habitués à voir de tels projets se réaliser dans les grands centres urbains. Nous devons saisir cette occasion inouïe dans l’histoire du développement économique du Québec pour mettre en place un projet qui fera tourner l’économie de notre région pour des années à venir, avait déclaré M. Tremblay par voie de communiqué.

Mercredi, les communautés innues de Mashteuiatsh, Essipit et Pessamit se sont opposées officiellement au projet, alors qu'elles étaient demeurées neutres lors du dépôt de leur mémoire au BAPE.

Avec Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !