•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2020, une année difficile pour les camionneurs en raison de la pandémie

Des camions en file.

La suppression de certains services essentiels comme les douches et les toilettes a grandement joué sur la santé mentale des camionneurs, selon la directrice des opérations commerciales de Q-Line Trucking, Céline Assuncao Moukoumi. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

L’année 2020 sera une année difficile à oublier pour les camionneurs de la Saskatchewan. Une année faite d’incertitudes, d’isolement et de stress, la pandémie ayant entraîné la suppression de nombreux services et jeté le doute sur l'ouverture de la frontière canado-américaine.

Même si la frontière est toujours restée ouverte aux travailleurs essentiels, la suppression de nombreux services dans les aires de repos a contraint les chauffeurs à s'isoler dans leurs camions, ce qui a eu des répercussions sur leur santé mentale, selon la directrice des opérations commerciales de Q-Line Trucking, une entreprise de transport de biens, Céline Assuncao Moukoumi.

Il y avait peu d’accès aux douches, ou ne serait-ce qu’aux toilettes, alors que nos employés peuvent parfois partir pour huit jours consécutifs de chez eux. C’est beaucoup de stress.

Une citation de :Céline Assuncao Moukoumi, directrice des opérations commerciales de Q-Line Trucking

Elle indique que près de 90 % des services ont été supprimés en raison de la COVID-19.

L’accès aux hôtels a également été difficile, indique Céline Assuncao Moukoumi, ce qui a obligé la plupart des chauffeurs à se munir d’un matelas pour pouvoir dormir dans leurs camions. Sur le long terme, c’est épuisant physiquement.

C’est comme si tu rentrais chez toi, que tu mettais la voiture au garage et que tu restais dedans toute la nuit avant de retourner au travail.

Une citation de :Céline Assuncao Moukoumi, directrice des opérations commerciales de Q-Line Trucking

Des chauffeurs pointés du doigt

Mme Moukoumi soutient que de nombreux chauffeurs de camion ont été critiqués durant la pandémie.

Ils étaient accusés de ramener la COVID-19 avec eux [au Canada], poursuit-elle. Or, précise-t-elle, peu de camionneurs ont contracté la COVID-19, étant isolés dans la cabine de leurs camions.

Même les bureaux de la compagnie ont dû fermer leurs portes aux chauffeurs par mesure de sécurité, pour éviter toute propagation de la maladie.

La solution : la vaccination

Un accord a récemment été conclu entre le Dakota du Nord, le Manitoba et la Saskatchewan pour faciliter la vaccination des travailleurs essentiels, dont les camionneurs.

Cet accord est bien reçu par Q-Line Trucking, qui considère que la vaccination sera, à terme, essentielle pour le bon fonctionnement de l’entreprise.

Avec les informations de Charles Le Bourgeois

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !