•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta repousse encore sa reprise des travaux parlementaires

La façade de l'immeuble de l'Assemblée législative de l'Alberta, à Edmonton.

L'Assemblée législative de l'Alberta, à Edmonton.

Photo : Reuters / Candace Elliott

L’Assemblée législative de l’Alberta annonce qu’elle prolonge la suspension de ses travaux jusqu’au 25 mai.

Cette prolongation a été annoncée mercredi à la suite d’une réunion tenue par le président de l'Assemblée législative de l'Alberta, Nathan Cooper, le leader parlementaire du gouvernement, Jason Nixon, ainsi que la leader parlementaire de l'opposition néo-démocrate, Christina Gray.

Le 2 mai, l’Assemblée législative avait suspendu ses travaux pour une période d'au moins deux semaines en réponse à la flambée du nombre de cas de COVID-19 dans la province.

La décision de l’Assemblée législative de retarder la reprise des travaux est survenue la veille d'une fronde du député conservateur Todd Loewen,qui a appelé le premier ministre Jason Kenney à démissionner. Il a annoncé, par la même occasion, qu’il quittait son poste de président du caucus du Parti conservateur uni (PCU).

Selon le politologue Frédéric Boily, de l'Université de l'Alberta, la prolongation de la suspension parlementaire aide le gouvernement à « envoyer un message qu'il faut rester confiné encore un moment. Mais il est clair que cela permet à Kenney de s'extraire de questions gênantes ».

Possibilité de session virtuelle

Dans une note de service envoyée au personnel de l’Assemblée législative et du caucus, le président de l'Assemblée législative, Nathan Cooper, explique que son bureau est en train de mettre sur pied un système de vote à distance.

Il pourrait être possible pour les membres de voter de manière virtuelle à partir de la reprise de la séance de printemps, dans la semaine du 25 mai. Pour faciliter cela, j’organiserai des séances de formation la semaine prochaine, ajoute-t-il.

Selon Jason Nixon, l’Assemblée pourrait opter pour un système hybride similaire à celui utilisé par la Chambre des communes, grâce auquel certains membres travaillent à la Chambre tandis que d’autres se connectent par visioconférence.

Une suspension critiquée

De son côté, Christina Gray accuse le premier ministre, Jason Kenney, de tenter de se soustraire à ses responsabilités, alors que l’Alberta affiche le taux d'infections par la COVID-19 le plus élevé du Canada et des États-Unis.

La fermeture de la législature n’a jamais été une question de santé, dit-elle.

Il s’agit de lâcheté.

Une citation de :Christina Gray, leader parlementaire de l’opposition

Mme Gray dit qu’elle ne s’oppose pas à des travaux à distance, mais que l’Assemblée devrait être en session actuellement.

Elle affirme que son caucus souhaite que le gouvernement adopte une loi permettant aux travailleurs qui doivent se placer en isolement à cause de la COVID-19 d’avoir accès à des congés de maladie payés.

Les députés albertains ne se sont pas réunis depuis le 22 avril. La session de printemps devait recommencer le 3 mai, après une interruption qui avait été prévue au préalable.

Avec des informations de Michelle Bellefontaine et d'Audrey Neveu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !