•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique a recommandé la fermeture de l'usine de Viandes du Breton

L'extérieur de l'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup.

L'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup, sera fermée pour 10 jours en raison de l'éclosion de COVID-19 qui y sévit.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La santé publique du Bas-Saint-Laurent a recommandé la fermeture, pour 10 jours, de l'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup. L'entreprise a indiqué qu'elle procédait à la fermeture temporaire de ses installations louperivoises dans un communiqué publié mercredi soir.

Jeudi après-midi, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs Viandes du Breton, qui représente les employés de l'usine, indique dans un communiqué être soulagé de cette fermeture, même si elle survient trop tard à son avis.

Le président du syndicat, Yannick Morin, affirme dans le document que la direction de l'entreprise ne souhaitait toujours pas fermer l'usine mercredi soir avant qu'elle ne se ravise.

Je suis content que quelqu'un ait agi, mais je ne suis pas content, d'un autre côté, parce qu'ils ont agi bien trop tard.

Une citation de :Yannick Morin, président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Viandes du Breton

De son côté, lors d'une conférence de presse jeudi midi, le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, docteur Sylvain Leduc, a précisé que la santé publique détient le pouvoir de faire fermer des lieux de travail, en vertu de la Loi sur la santé publique, mais qu'elle n'a pas eu besoin d'y avoir recours dans le cas de Viandes du Breton puisque l'entreprise a collaboré et a fermé ses installations lorsque la santé publique le lui a demandé.

Il a aussi affirmé que la santé publique travaille de façon intensive avec la direction de l'entreprise, la CNESST et les travailleurs pour tenter de maîtriser l'éclosion qui sévit à l'usine.

La CNESST a d'ailleurs effectué une inspection des installations de Viandes du Breton mercredi.

Le directeur régional de la santé publique a soutenu que la fermeture de l'usine permettra principalement aux travailleurs de se soumettre à une période d'isolement de 14 jours.

Notre conclusion était qu’une fermeture était nécessaire à cette étape-ci.

Une citation de :Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

Certains des employés qui se trouvaient déjà en isolement avant la fermeture de l'usine mercredi soir pourront donc réintégrer le travail dans 10 jours, s'ils n'ont pas contracté la COVID-19.

L'extérieur de l'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup.

Un protocole de retour au travail doit être mis en place par l'entreprise et soumis à la santé publique avant que les travailleurs puissent réintégrer l'usine.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Sylvain Leduc a indiqué qu'un protocole de retour au travail, qui pourrait inclure des tests de dépistage rapide, doit être déposé par l'entreprise avant que les travailleurs puissent réintégrer l'usine.

Dans un communiqué, l'entreprise indique qu'un protocole de retour au travail sera établi et mis en place par l’entreprise avec le support (sic) de la santé publique.

L'entreprise précisait aussi, dans un autre communiqué transmis mercredi soir, que des activités minimales seront maintenues à l'usine pendant la période de fermeture afin d’assurer le maintien des équipements et des inventaires.

102 travailleurs touchés

L'éclosion qui touche cette usine a causé l'infection à la COVID-19 de 102 employés. De ce nombre, 82 cas seraient toujours actifs et 20 rétablis.

Le syndicat affirme que plus d'une centaine d'autres se trouvaient en isolement, avant la fermeture de l'usine.

Environ 500 personnes travaillent normalement dans les installations de l'entreprise à Rivière-du-Loup.

Le docteur Sylvain Leduc a affirmé que la santé publique a effectivement demandé le retrait d'un nombre important de travailleurs de l'usine avant de prendre la décision de fermer les installations.

Ce retrait visait à évaluer l'évolution de la situation.

Selon Sylvain Leduc, des départements avaient été fermés et seulement le quart de l'usine était en fonction avant la fermeture.

Pourquoi pas de sortie publique plus tôt?

Le docteur Sylvain Leduc a expliqué que la santé publique n'a pas été inactive dans le dossier de l'éclosion qui sévit chez Viandes du Breton, mais qu'elle n'a pas témoigné de ses faits et gestes sur la place publique.

Selon lui, la santé publique a voulu éviter de s'immiscer dans les relations de travail entre les employés et la direction.

Il a ajouté que l'entreprise collabore avec la santé publique et qu'il souhaitait éviter que cette collaboration se détériore.

On n’a pas voulu envenimer une situation qui n’était pas simple, a soutenu Sylvain Leduc à ce sujet.

Des véhicules stationnés devant l'usine de Viandes du Breton, à Rivière-du-Loup.

Selon Viandes du Breton, des activités minimales sont maintenues à l'usine pendant la fermeture temporaire, afin de s'assurer du maintien des équipements.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Il a aussi expliqué que la santé publique n'a pas transmis au public un bilan des cas reliés à l'éclosion chez Viandes du Breton, comme ça a été fait, par exemple, dans le cas de l'éclosion liée au centre d'entraînement Méga Fitness Gym de Québec puisqu'il ne s'agit pas d'un centre de services où de nombreux clients se rendent quotidiennement.

Dans le cas du Méga-Gym, la publication du nombre de cas relié servait surtout à retracer toutes les personnes qui pouvaient s'être rendues sur place et à les inciter à passer un test de dépistage.

Pour ce qui est de l'éclosion à l'usine de Viandes du Breton, la santé publique connaît déjà l'identité de toutes les personnes qui s'y rendent sur une base régulière, a expliqué le docteur Leduc.

Sylvie Vignet.

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, s'est dite satisfaite que la santé publique fasse le point publiquement sur la situation. (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

De son côté, la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, s'est dite satisfaite de la sortie publique de la santé publique et de la fermeture temporaire de l'usine.

Je suis très heureuse de ça et sincèrement, on était rendus là. On ne pouvait pas continuer sans explications. Il nous fallait des explications.

Une citation de :Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

Ce qu’on voulait, c’était une mise à jour du dossier. On savait que c’était un dossier important […] Il fallait que des actions soient prises et moi, je ne pouvais répondre au nom de la santé publique, poursuit-elle.

Une transmission pas seulement liée à l'éclosion chez Viandes du Breton

Le docteur Leduc a mentionné que le taux de transmission entre les travailleurs de l'usine était très élevé, mais que le taux de transmission est également très élevé dans la communauté de la MRC de Rivière-du-Loup.

Ces deux situations s'alimentent l'une l'autre, a-t-il souligné.

On doit couper cette transmission par des mesures énergiques

Une citation de :Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

Sylvain Leduc a d'ailleurs appelé la population à éviter de croire que la situation épidémiologique peu enviable de l'ouest du Bas-Saint-Laurent est seulement attribuable à l'éclosion en cours chez Viandes du Breton.

Selon lui, le virus circule à de nombreux endroits dans la région et les mesures sanitaires ne sont pas toujours bien respectées. Des signalements à ce sujet sont faits régulièrement aux autorités de la santé publique et le docteur Leduc réitère que la Sûreté du Québec collabore avec elle pour faire respecter les mesures.

Le docteur Leduc a rappelé que les mesures d'urgence sont imposées pour que les gens restent chez eux le plus possible. Le message des mesures d'urgence est : restez chez vous, sauf si c'est essentiel.

Il a aussi réitéré que la fermeture des commerces non essentiels sert justement à éviter que les gens se déplacent pour des motifs non essentiels.

Appelée à réagir sur la transmission du coronavirus dans le secteur de Rivière-du-Loup, la mairesse Sylvie Vignet a elle aussi tenu à rappeler à ses concitoyens d'éviter tout déplacement non essentiel.

C’est un rappel parce qu’avec le temps, on a pris un certain confort puis on oublie peut-être que la consigne des mesures d’urgence, c’est de rester chez soi.

Une citation de :Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

On est rendus à un moment où il faut casser ça et il faut que tout le monde participe. [...] Il faut qu’on s’en sorte le plus rapidement possible, a-t-elle également affirmé à ce sujet.

La région enregistre 47 nouveaux cas de COVID-19 jeudi, dont 26 dans la MRC de Rivière-du-Loup.

Avec des informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !