•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec ne donnera plus le vaccin d’AstraZeneca comme première dose

La main d'une personne qui remplit une seringue avec une fiole du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19.

Les rendez-vous pour une première dose d’AstraZeneca qui étaient prévus seront annulés.

Photo : Reuters / Yves Herman

Le ministère de la Santé a décidé qu’il n’administrerait plus le vaccin d'AstraZeneca aux Québécois qui reçoivent une première dose contre la COVID-19.

Cette décision s’appuie sur une mise à jour des recommandations du Comité d’immunisation du Québec.

Les rendez-vous qui étaient déjà prévus pour une première dose d’AstraZeneca seront donc annulés. Par ailleurs, dans toutes les régions du Québec, les personnes de 18 ans et plus peuvent désormais prendre rendez-vous pour se faire vacciner.

Les pharmacies qui devaient administrer les doses du vaccin AstraZeneca contacteront rapidement les personnes concernées pour planifier un nouveau rendez-vous impliquant un autre vaccin, a fait savoir le ministère.

Quant au ministre de la Santé lui-même, il s'est empressé après l'annonce de publier un message rassurant.

Je veux rassurer les Québécois qui ont reçu AstraZeneca en première dose : son efficacité est élevée et durable.

Une citation de :Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, sur Twitter

Le Québec imite ainsi l’Ontario, l’Alberta, la Nouvelle-Écosse, le Manitoba et Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont fait de même au cours des derniers jours.

Les risques de subir une thrombose, rare mais parfois mortelle, après avoir reçu le vaccin d'AstraZeneca ont poussé les autorités médicales à prendre une telle décision.

On estime qu’environ 1 personne sur 100 000 ayant reçu une première dose du vaccin pourrait développer une thrombose.

Ce risque passerait à 1 personne sur 1 million lors d'une deuxième dose.

Qu'en est-il exactement de la deuxième dose?

Quant aux personnes qui ont déjà reçu une première dose d'AstraZeneca et qui attendent la seconde, ils pourraient, s'ils le désirent, décider de recevoir plutôt les vaccins à ARN messager Pfizer ou Moderna, après consentement éclairé et selon les doses qui seront disponibles, spécifie Québec.

Selon les nouveaux résultats préliminaires d'une étude réalisée par l’Université d’Oxford, inoculer une deuxième dose avec un type de vaccin différent de la première ne serait pas dommageable. Les effets secondaires légers ressentis dans les deux jours suivant la vaccination pourraient toutefois être décuplés.

Les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner une deuxième fois avec AstraZeneca, mais qui ont déjà un rendez-vous pour recevoir ce vaccin n’ont pas besoin de faire des démarches pour le moment. Elles seront informées dans les prochaines semaines de la marche à suivre.

Par ailleurs, les cliniques qui administreront des deuxièmes doses d’AstraZeneca seront clairement identifiées.

La décision gouvernementale ne devrait pas nuire à la campagne de vaccination en cours, puisque presque toutes les doses d’AstraZeneca distribuées au Québec ont déjà été administrées.

Une livraison de 148 000 doses supplémentaires du vaccin est prévue au cours de la semaine prochaine. Ces dernières seront offertes en deuxième dose aux personnes ayant reçu le CoviShield ou l'AstraZeneca en première dose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !