•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un seul navire pour la traverse Québec-Lévis jusqu’à l’automne

Le Vieux-Québec qui surplombe le fleuve vu à partir la rive sud avec le traversier qui arrive tranquillement au quai.

La traverse Québec-Lévis.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

C’est un été difficile qui s’annonce sur les routes de la région de Québec. En plus des importants travaux qui auront lieu sur le pont Pierre-Laporte, la traverse Québec-Lévis devra fonctionner avec un seul navire jusqu’à l’automne, a appris Radio-Canada.

Selon nos informations, la Société des traversiers du Québec (STQ) a dû prendre cette décision en raison du manque de navires capables de venir en renfort.

Il était déjà prévu que la traverse Québec-Lévis fonctionne à un seul navire jusqu’en juin, car le NM Lomer-Gouin fait actuellement l’objet de travaux de maintenance.

Ce qui n’avait pas encore été annoncé, cependant, est que le problème se fera sentir durant toute la haute saison, y compris pendant les vacances de la construction.

En effet, lorsque le NM Lomer-Gouin reprendra du service à la traverse Québec-Lévis dans quelques semaines, son comparse — le NM Alphonse-Desjardins — sera réaffecté à L’Isle-aux-Coudres à temps plein dès le 21 juin.

Le traversier en direction de L'Isle-aux-Coudres

Le traversier en direction de L'Isle-aux-Coudres

Photo : Radio-Canada / Claude Brunet

Déshabiller Pierre pour habiller Paul?

Le fond du problème est que la STQ n’a pas assez de bateaux disponibles, actuellement, pour combler tous les besoins.

Normalement, le NM Radisson aurait dû être le deuxième navire affecté à la traverse de L’Isle-aux-Coudres pour l’été. Or, le NM Radisson est hors service et le restera au moins jusqu’en 2022 en raison d’un important bris de moteur.

La STQ s’est donc retrouvée devant un choix déchirant : laisser les gens de L’Isle-aux-Coudres avec un seul navire (le NM Félix-Antoine-Savard) pour tout l’été ou emprunter un navire de la traverse Québec-Lévis pour quelques mois.

C’est la deuxième option qui a été retenue, notamment parce que l’économie de L’Isle-aux-Coudres dépend du transport fluvial et que de nombreux touristes l’empruntent chaque été.

La communauté de L'Isle-aux-Coudres est dépendante de notre service, explique le porte-parole de la STQ Alexandre Lavoie. Il y a beaucoup de gens à L'Isle-aux-Coudres. On parle d'une année record, 12 % de hausse d'achalandage l'an dernier à L'Isle-aux-Coudres, tandis qu'ici à Québec à cause de la COVID et du télétravail, il y a moins de clientèle régulière.

Toutefois, cette décision laisse la population de Québec et de Lévis avec un seul navire. Ainsi, en heure de pointe, il ne devrait y avoir qu'une traverse aux 40 minutes, alors qu'il y en a généralement une toutes les 20 minutes.

Au même moment, d’importants chantiers sont prévus sur l’autoroute Henri IV, y compris sur le pont Pierre-Laporte, où quatre des six voies seront fermées 24 heures sur 24, à au moins deux reprises durant l’été, pour des travaux de réfection de la chaussée.

Si on résume, on parle de deux tiers de la capacité du pont évidemment. Le calcul est simple : il y aura de la congestion dans le secteur, reconnaît Émilie Lord, porte-parole au MTQ.

Des prix réduits

Mais le ministère a prévu des mesures d'atténuation pour convaincre les gens de laisser la voiture à la maison : une baisse des prix pour prendre l'autobus.

Titre Mensuel métropolitain, pour les mois de juillet et août :

  • pour les usagers qui ont le statut Général, au coût de 96,40 $ (coût habituel de 141,20 $);
  • pour les usagers âgés de 65 ans et plus, au coût de 70,80 $ (coût habituel de 99,70 $);
  • pour les usagers âgés de 18 ans et moins, de même que pour ceux qui détiennent le statut Étudiant+ du RTC ou le statut Privilège ou Étudiant de la STLévis, au coût de 70,80 $ (coût habituel de 108,25 $); 
  • titre 5 jours consécutifs, pour tous les usagers, au coût de 36 $; 
  • titre 1 jour (24 heures consécutives), pour tous les usagers, au coût de 9 $.

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !