•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition à T.-N.-L. déplore la stratégie de communication du gouvernement

David Brazil devant un micro.

David Brazil, chef par intérim du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le chef de l’opposition, David Brazil, déplore le manque de transparence du premier ministre, alors que ce dernier s’apprête à livrer un discours préenregistré sur l’état de la province sans prendre de questions des médias.

Le premier ministre libéral, Andrew Furey, doit livrer jeudi soir une allocution où il réagira au rapport indépendant sur la restructuration du gouvernement et révélera les prochaines démarches du gouvernement.

Le rapport Greene recommande des compressions budgétaires majeures, dont la suppression du Conseil scolaire francophone provincial, pour redresser les finances publiques. Il souligne que le gouvernement fortement endetté doit passer à l’action dès que possible s’il veut continuer à payer ses fonctionnaires et exploiter ses hôpitaux.

David Brazil se dit surpris que le discours soit filmé à l’avance et envoyé sous embargo aux médias, sans leur donner l’occasion de poser des questions avant vendredi matin, quand le cabinet d’Andrew Furey promet d’organiser un point de presse.

Andrew Furey.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-et-Labrador, Andrew Furey, annonce que l'équipe sera déployée mardi matin.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

J'aurais aimé que le premier ministre soit plus transparent, plus ouvert et plus franc dans ses communications avec le public, ce qui ne sera pas le cas avec une vidéo préenregistrée, affirme M. Brazil, chef par intérim du Parti progressiste-conservateur.

Il doit présenter ses idées et ses opinions, et dire comment il veut gérer les problèmes, puis permettre au public de poser des questions et donner des précisions. C’est surprenant et décevant qu’un gouvernement qui se vante de sa transparence se comporte d’une telle manière.

Le cabinet du premier ministre n’a pas répondu aux questions de Radio-Canada à l’heure où nous écrivons ces lignes, jeudi après-midi.

Le gouvernement devrait s’efforcer d’être plus ouvert

Le politologue à l’Université Memorial, Russell Williams, soutient que l’actuel gouvernement est moins communicatif comparativement aux gouvernements précédents.

Le gouvernement devrait s’efforcer d’être plus ouvert et de discuter des recommandations du rapport Greene et de ses propres plans pour la démarche à suivre pour redresser les finances publiques, affirme-t-il. Je n’ai pas l’impression que le gouvernement a choisi la meilleure manière d’expliquer son plan au public.

Le rapport Greene note que bien des résidents se disent frustrés de l’état des finances publiques et du manque de transparence de leur gouvernement.

La transparence est la meilleure façon de regagner la confiance des citoyens, souligne le rapport, publié la semaine dernière.

Russell Williams rappelle aussi que plusieurs universitaires et syndicalistes avaient critiqué le manque de transparence du comité qui a rédigé le rapport, en notant que ça a aussi été un processus assez opaque et secret.

Le gouvernement a d'ailleurs indiqué mercredi qu'il limite désormais les questions aux points de presse sur la COVID-19 à trois questions par média. Depuis plusieurs mois, chaque média peut poser cinq questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !