•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi doivent s’attendre les Manitobains ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca?

Trois fioles du vaccin d'AstraZeneca.

Les doses du vaccin AstraZeneca seront désormais majoritairement réservées à ceux qui en ont déjà reçu une première dose.

Photo : AFP via GETTY / AMIR MAKAR

Radio-Canada

Le vaccin AstraZeneca ne sera désormais plus administré comme première dose dans la province. Mercredi, cette annonce du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19 a dû susciter plusieurs questions chez les Manitobains ayant déjà accepté de se faire injecter ce vaccin.

En conférence de presse mercredi, oss Reimer, médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés et responsable du groupe de travail, a indiqué que cette décision avait été prise en raison de problèmes d’approvisionnement et du risque de thrombose.

Les livraisons du vaccin AstraZeneca ont en effet été interrompues ce printemps à cause de la situation épidémiologique en Inde, où le Serum Institute fabrique ce vaccin sous le nom de Covishield.

Jusqu’à maintenant, les doses AstraZeneca ne représentent qu’une petite partie du nombre total de vaccins reçus au Manitoba. Elles ne comptent que pour 84 260 doses sur les 730 230 doses reçues.

De ce nombre, il en reste 7000 à administrer, et une nouvelle cargaison d’environ 23 000 doses est attendue la semaine prochaine.

Quant aux livraisons ultérieures, il n’y a aucune information ni garantie à ce jour.

Une deuxième dose différente?

Une question se pose alors : que feront les quelque 75 000 Manitobains ayant déjà reçu une première dose du vaccin AstraZeneca?

La Dre Reimer a précisé en conférence de presse que la majorité des doses restantes sont réservées à ceux qui doivent recevoir leur deuxième dose.

Certains pourraient toutefois recevoir un autre produit.

Dans les prochaines semaines, la province attend des livraisons de centaines de milliers de doses, en grande partie de Pfizer-BioNTech, mais aussi de Moderna.

Cet approvisionnement soutenu est l’une des raisons pour lesquelles des personnes ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca pourraient se faire injecter le produit de Pfizer-BioNTech ou de Moderna en guise de deuxième dose, a indiqué la Dre Reimer.

Il s’agit là d’une éventualité à laquelle serait ouverte Adele Perry, qui est dans la cinquantaine, même si, ayant saisi l’occasion de se faire vacciner avec le produit d’AstraZeneca en avril, elle affirme qu’elle serait heureuse de recevoir une autre dose d’AstraZeneca.

Peter Ives et Adele Perry.

Peter Ives et Adele Perry, tous deux dans la cinquantaine, ont reçu le vaccin AstraZeneca ce printemps. Ils n'ont aucun regret et disent qu'ils referaient la même chose.

Photo :  CBC

Néanmoins, elle aimerait en connaître davantage sur la combinaison des vaccins à ARN messager, comme ceux de Pfizer-BioNTech et de Moderna, et des produits à vecteur viral, comme ceux fabriqués par AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Les provinces canadiennes surveillent en effet de près une étude menée au Royaume-Uni à propos de l’efficacité et de la sécurité d’une combinaison de différents produits pour la première et la deuxième dose de la vaccination.

Pas de regrets

Le Manitoba fait partie des quatre provinces canadiennes qui, cette semaine, ont décidé de suspendre l’administration du vaccin AstraZeneca ou d’en réserver l’usage à ceux qui en ont déjà reçu une première dose.

Ce vaccin était administré dans les cliniques médicales et les pharmacies de la province aux personnes de plus de 40 ans, et à celles de plus de 30 ans souffrant de problèmes de santé.

L’Alberta et la Saskatchewan ont invoqué des problèmes d’approvisionnement. De son côté, l’Ontario a parlé d’une augmentation des signalements de [thromboses].

À l’heure actuelle, les données indiquent que le risque de développer un caillot sanguin est bas, soit d’environ 1 sur 100 000.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, environ 2,3 millions de doses du vaccin AstraZeneca ont été administrées au pays. Il y a eu une douzaine de cas confirmés de thromboses causées par le vaccin. Trois personnes en sont mortes.

Une étude menée à Oxford sur plus d’un demi-million de personnes montre que le risque de développer un caillot sanguin à la suite d’une infection par la COVID-19 est de 8 à 10 fois plus important que le risque de thromboses causées par le vaccin. Ces thromboses sont par ailleurs traitables.

Les Manitobains qui ont choisi de recevoir le vaccin AstraZeneca ont fait la bonne chose pour se protéger eux-mêmes et protéger leur famille aussi rapidement que possible, a déclaré Joss Reimer mercredi.

Adele Perry n’a aucun regret.

Le vrai but, c'est que cette pandémie finisse, affirme-t-elle. Je souhaitais et je souhaite principalement faire ce qui est le mieux pour moi-même et ma famille, mais aussi pour une communauté plus grande, qui est vraiment en crise.

Les derniers avis d’AstraZeneca mentionnent qu'il faut attendre un minimum de 12 semaines avant l’administration de la deuxième dose.

Pour la très grande majorité des Manitobains, ce délai est celui qui offre la meilleure protection et c’est ce que les pharmaciens respecteront, confirme Tim Smith, de Pharmacists Manitoba.

Un projet pilote lancé cette semaine a permis à 11 cliniques médicales et pharmacies au Manitoba de recevoir 2300 doses du vaccin de Moderna.

Les rendez-vous pour l’administration de la deuxième dose de tous les types de vaccin débuteront le 22 mai au plus tard.

Avec les informations Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !