•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations contre une manifestante antimasque à Edmundston

Une femme dans une voiture de police.

Une femme est transportée dans une voiture de police devant le palais de justice d'Edmundston.

Photo : Capture d'écran - Facebook de Gilles Berube / Facebook - Gilles Bérubé

Radio-Canada

Une femme de 47 ans fait face à deux chefs d’accusation en lien avec des événements survenus à la cour provinciale d’Edmundston mardi, au Nouveau-Brunswick. Elle doit aussi répondre à une infraction pour avoir contrevenu à la Loi sur les mesures d’urgence

Une vingtaine de personnes ayant reçu des constats d’infraction pour avoir contrevenu aux mesures sanitaires s’étaient présentées au palais de justice d'Edmundston et avaient demandé à s'adresser à la cour.

Précision : Dans une version précédente, il était mentionné que Pierrette Bérubé faisait face à trois chefs d'accusations. Il aurait fallu lire qu'elle fait face à deux chefs d'accusations ainsi qu'à une infraction en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence.

Ces individus ne portaient pas de masques et n’observaient pas la distanciation physique. Devant leur refus d’observer les consignes sanitaires et constatant leur agitation, les policiers leur ont demandé de quitter les lieux.

Une femme, Pierrette Bérubé, a été arrêtée.

Détenue au poste de police municipal à Edmundston, la femme de 47 ans a comparu par téléphone devant la juge Nicole Angers mercredi.

Elle a été accusée de voies de fait contre un policier, d’avoir résisté aux agents de la paix, et d’avoir refusé de se soumettre aux ordonnances de santé publique.

Une femme dans une foule regarde la caméra les bras croisés.

Pierrette Bérubé le 12 avril 2021 à la cour provinciale d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

La juge Angers a accepté de remettre l’accusée en liberté sous certaines conditions.

Pierrette Bérubé doit comparaître le 8 juin pour répondre aux chefs d'accusation.

Une femme photographiée de près en train de crier après un policier en arrière d'elle.

Une femme est arrêtée par un policier à l'extérieur du palais de justice d'Edmundston le 11 mai 2021.

Photo : Capture d'écran / Facebook de Gilles Berube / Facebook - Gilles Bérubé

Lors de cette audience, Mme Bérubé devra aussi répondre à des constats d’infraction en lien avec le non-respect des ordonnances de santé publique. Ces contraventions lui ont été remises au début avril.

Des altercations entre policiers et manifestants se sont produites alors que l’on tentait de faire sortir les gens du palais de justice.

Des policiers et des résidents dans un couloir devant des ascenseurs.

Des manifestants se font diriger vers la sortie au palais de justice d'Edmundston le 11 mai 2021.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

Mardi, la juge Angers a tenté de communiquer par téléphone avec les individus ayant reçu des constats d’infraction. Nombre d’entre eux s’étaient présentés au palais de justice et demandaient à s'adresser à la cour.

Une minorité a répondu. Trois personnes ont plaidé non coupables par téléphone.

Une douzaine d’autres n’ont pas été reconnues coupables, puisqu'elles n’ont pas répondu aux multiples appels de la juge.

Au total, 31 infractions pour non-respect des consignes sanitaires ont été données à près de 20 personnes pour des événements qui ont eu lieu à Edmundston, à Saint-Anne-de-Madawaska et à Grand-Sault entre le 4 et le 20 avril 2021.

Trois dates de procès ont été déterminées pour ceux qui ont plaidé non coupables. Ils sont attendus au tribunal en novembre prochain.

D'après les renseignements de Jessica Savoie

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.